Africa for Women's Rights | L'afrique pour les droits des femmes

To content | To menu | To search

Tag - quotas

Entries feed - Comments feed

Thursday 30 April 2009

Burkina Faso- The quota law imposing 30 percent of women on electoral lists was adopted!

On April 16, the quota law which imposes 30 percent of women on electoral lists in Burkina Faso was adopted by 87 votes out of 103 deputies present at the National Assembly meeting.

This law aims at struggling against inequalities affecting women; and at promoting their full participation in political life, explained Roch Marc Christian Kaboré, President of the National Assembly.

According to the figures of the National Institute of Statistics and Demography (INSD), women comprise 52% of the population, but only 15 % of them hold decision-making positions.

This legislation will enable the effective presence of at least 30% of women on the candidates lists presented by each political party, and those who overtake this percentage will be provided with financial help. However, the parties who do not' reach this quota, will see a 50% cut in their funding. If applied, such incentives and sanctions, would logically enable to ensure the respect of this law, which is considered by political analysts, as a qualitative boom in the field of political governance.

The campaign is pleased with this step forward and pays tribute to the action which was carried out by Human rights defense organizations of Burkina Faso, in order to reduce discriminations and to promote the presence of women in political life.

290px-Burkina_Faso_carte.png

Thursday 23 April 2009

Burkina Faso - la loi sur le quota de 30% de femmes sur les listes éléctorales adoptée!

Le 16 avril, la loi sur le quota de 30% de femmes sur les listes électorales au Burkina Faso a été adoptée par 87 voix sur 103 députés présents à l'Assemblée nationale.

Cette loi, a expliqué le président de l'Assemblée nationale, Roch Marc Christian Kaboré, vise à lutter contre les inégalités à l'égard des femmes et à promouvoir leur pleine participation à la vie politique.

Selon les statistiques de l'Institut national de la statistique et de la démographie (INSD), les femmes représentent au Burkina plus de 52% de la population mais ne sont que 15% à occuper des postes au sein des sphères décisionnelles.

Cette loi permettra d'assurer la présence effective d'au moins 30% de femmes sur les listes de candidatures présentées par chaque partie politique et ceux qui dépasseront ce pourcentage se verront attribuer une aide financière. Par contre, les partis qui n'auront pas atteint ce quota, verront leurs financements amputés de 50%. De telles incitations et sanctions si elles sont appliquées, devraient logiquement permettre d'assurer le respect de cette loi, considérée par les analystes politiques comme un bond qualitatif dans la gouvernance politique.

La campagne se félicite de cette avancée et rend hommage à l'action menée par les organisations burkinabées de défense des droits des femmes pour faire reculer les discriminations et favoriser la présence des femmes dans la vie politique.

Sources: Africatime et Xinhuanet

290px-Burkina_Faso_carte.png

Wednesday 8 April 2009

Burkina Faso - la FIDH et le MBDHP se font l'écho des revendications des ONG locales auprès des autorités

Fin février 2009, la Présidente de la FIDH, Souhayr Belhassen, a rencontré les points focaux de la campagne au Burkina Faso (le Mouvement Burkinabe des droits de l'Homme et des Peuples, Wildaf Burkina Faso, Réseau de Communication d’information et de formation des femmes dans les ONG). Lors de cette réunion, les différents défis auxquels les femmes burkinabées sont confrontées ont été abordés : violences conjugales, discriminations, sous représentation politique et sociale...

P1000301.JPG
P1000305.JPG
Réunion avec les points focaux de la campagne

Le combat actuel : la loi sur les quotas Outre ces violations des droits des femmes que l'on retrouve dans de nombreux pays africains, les femmes du Burkina se mobilisent en faveur de l'adoption du projet de loi sur les quotas, qui prévoit qu'un minimum de 30% des sièges de l'Assemblée nationale soient pourvus par des femmes. Par ailleurs, les dispositions du projet de loi prévoient que les partis présentant plus de 30% de femme aux postes de candidature recevront un bonus pour le financement de leur parti. Dans le cas contraire, 50% de leur budget de financement par l'Etat sera dégrevé. La délégation de la FIDH et le Mouvement Burkinabé des Droits de l'Homme et des Peuples (MBDHP) ont rencontré le 27 février 2009, le président Compaoré et se sont fait l'écho des revendications des organisations de défense des droits de l'Homme et des organisations de promotion des droits des femmes en demandant le soutien du chef de l'Etat pour supprimer les discriminations faites aux femmes et pour l'adoption de la loi sur les quotas.

P1000367.JPG P1000372.JPG
Souhayr Belhassen et Chrysogome Zougmoré, Président du MBDHP rencontrent le Président Compaoré pour lui faire part des revendications des ONG locales.

La veille de leur rencontre avec le président du Burkina, Souhayr Belhassen et Chrysogome Zougmoré avaient rencontré le président de l'Assemblée nationale afin de plaider auprès des députés pour l'adoption de mesures législatives progressistes.

P1000319.JPG P1000326.JPG
La FIDH et le MBDHP rencontrent Roch Marc Christian Kaboré, Président de l'Assemblée nationale du Burkina Faso.

Enfin, lors de la conférence de presse organisée le 27 février 2009 au cours de laquelle les présidents de la FIDH et du MBDHP ont présenté la campagne, Mme Belhassen a rappelé l'engagement de la FIDH et des ses organisations membres et partenaires consistant à mettre en oeuvre des actions nationales fortes en vue de faire évoluer concrètement les droits des femmes.

P1000374.JPG P1000377.JPG Conférence de presse sur la campagne "l'Afrique pour les droits des femmes".