Africa for Women's Rights | L'afrique pour les droits des femmes

To content | To menu | To search

Tag - Droits des femmes

Entries feed - Comments feed

Thursday 15 July 2010

La Coalition de la campagne appelle à l'adoption du projet de Code des personnes et de la famille conformément aux obligations internationales du Mali

La Coalition de la campagne « L’Afrique pour les droits des femmes : ratifier et respecter », se félicite que le projet de Code des personnes et de la famille passe enfin en deuxième lecture devant l’Assemblée nationale du Mali. Le projet de Code avait été adopté par l’Assemblée nationale le 3 août 2009, après de longues années de réflexion et de concertation entre les différents acteurs de la société malienne. Néanmoins, à la suite de manifestations par des forces conservatrices du pays, le Président de la République malienne a décidé de ne pas promulguer le Code et l’a renvoyé pour une deuxième lecture devant l’Assemblée nationale.

Aujourd’hui, alors que la première conférence régionale « sur le rôle de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples (CADHP) dans la promotion et la protection des droits des femmes en Afrique » s’ouvre à Bamako, la Coalition réitère son appel en faveur de l’adoption du projet de Code dans les plus brefs délais, sans appauvrissement des dispositions qui tendent vers une mise en conformité de la législation malienne avec les obligations internationales et régionales auxquelles a souscrit le pays.

En effet, malgré la ratification par le Mali de la Convention des Nations unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes en 1985, du Protocole à la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples relatif aux droits des femmes en 2005, ainsi que de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant en 1990, le cadre législatif malien continue à violer les droits fondamentaux des femmes.

« L’adoption du Code, tel que formulé lors de la première lecture, représenterait un premier pas fondamental vers le respect par le Mali de ses obligations internationales et des droits universels des femmes » a déclaré Souhayr Belhassen, Présidente de la FIDH, « En aucun cas, l’adoption du Code doit se faire au détriment de son contenu », a-t-elle ajouté.

Enfin, la Coalition souligne l’importance de la mise en place par le gouvernement malien de programmes de sensibilisation au profit de la population visant à expliquer le contenu du projet de Code et à dissiper les incompréhensions.

Friday 19 March 2010

RDC : Rapport de l'ASADHO sur la situation des femmes et enfants congolais vivant dans la « Cité de l’Espoir ».

A l'occasion de la Journée Internationale de la Femme, l'ASADHO a publié un rapport le 8 mars 2010, pour attirer l'attention des autorités et de l'opinion publique sur les conditions de vie déplorables des sinistrés d'un des quartiers de Kinshasa appelé 'Cité de l'Espoir"

Continue reading...

Tuesday 19 January 2010

Témoignage du Libéria : "Le droit de vote mais aussi le droit d'être éligible..."

ENGLISH VERSION

Regional Watch for Human Rights au Libéria
Interview de Thompson Adebayort.
Par Pouline Kimani

Quel a été le moment le plus satisfaisant dans votre combat pour les droits des femmes?

Ma plus grande satisfaction, dans mon combat en tant que défenseur des droit des femmes au Liberia, fut lorsque les Libériens ont commencé à impliquer les femmes dans la vie politique, non seulement au travers du droit de vote, mais aussi celui d'être éligible.

Quelles sont, selon vous, les priorités au Libéria pour atteindre le respect des droits des femmes? Quelle demande-clé soumettriez vous au Président de votre pays? La priorité serait de renforcer notre système judiciaire afin de nous adresser efficacement aux problèmes liés au genre, tels que la violence, la violence sexuelle, et le viol. Il faudrait que mettre en place une prise en charge médicale des victimes de viol, ainsi qu'un processus de justice accéléré. Parallèlement, je demanderais la participation de 30% de femmes dans la législature.

Si vous pouviez changer une seule chose ( une loi, une politique, une pratique ) en faveur des femmes dans votre pays, quelle serait-elle? Je voudrais voir la pratique du mariage forcé, et particulièrement en ce qui concerne les mineures changer, étant encore aujourd'hui pratiquée dans certaines parties reculées du pays. Cette pratique est bien sûr un héritage de la loi coutumière.

Pourquoi êtes vous engagés dans la campagne « L'Afrique pour les droits des femmes – Ratifiez, respectez ! » ?

Travailler sur les droits des femmes est un engagement de notre institution. Nous croyons que l'égalité n'est pas possible sans que l'on se soit assurés préalablement, dans chacune de nos actions, que tous les êtres humains soient libres et égaux.