Africa for Women's Rights | L'afrique pour les droits des femmes

To content | To menu | To search

Tag - Code de la famille

Entries feed - Comments feed

Thursday 15 July 2010

La Coalition de la campagne appelle à l'adoption du projet de Code des personnes et de la famille conformément aux obligations internationales du Mali

La Coalition de la campagne « L’Afrique pour les droits des femmes : ratifier et respecter », se félicite que le projet de Code des personnes et de la famille passe enfin en deuxième lecture devant l’Assemblée nationale du Mali. Le projet de Code avait été adopté par l’Assemblée nationale le 3 août 2009, après de longues années de réflexion et de concertation entre les différents acteurs de la société malienne. Néanmoins, à la suite de manifestations par des forces conservatrices du pays, le Président de la République malienne a décidé de ne pas promulguer le Code et l’a renvoyé pour une deuxième lecture devant l’Assemblée nationale.

Aujourd’hui, alors que la première conférence régionale « sur le rôle de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples (CADHP) dans la promotion et la protection des droits des femmes en Afrique » s’ouvre à Bamako, la Coalition réitère son appel en faveur de l’adoption du projet de Code dans les plus brefs délais, sans appauvrissement des dispositions qui tendent vers une mise en conformité de la législation malienne avec les obligations internationales et régionales auxquelles a souscrit le pays.

En effet, malgré la ratification par le Mali de la Convention des Nations unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes en 1985, du Protocole à la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples relatif aux droits des femmes en 2005, ainsi que de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant en 1990, le cadre législatif malien continue à violer les droits fondamentaux des femmes.

« L’adoption du Code, tel que formulé lors de la première lecture, représenterait un premier pas fondamental vers le respect par le Mali de ses obligations internationales et des droits universels des femmes » a déclaré Souhayr Belhassen, Présidente de la FIDH, « En aucun cas, l’adoption du Code doit se faire au détriment de son contenu », a-t-elle ajouté.

Enfin, la Coalition souligne l’importance de la mise en place par le gouvernement malien de programmes de sensibilisation au profit de la population visant à expliquer le contenu du projet de Code et à dissiper les incompréhensions.

Monday 31 August 2009

Bafing Kul écrit à la presse malienne pour l'adoption du nouveau Code de la famille

OBJET : Lettre ouverte sur le nouveau code des personnes et de la Famille-Mali

Monsieur,

Je me permets d’écrire à votre journal à travers ce mail pour donner mon opinion sur le Code des personnes et de la Famille du MALI

Je n'arrive pas à comprendre que des voix s'élèvent contre ce code dans notre pays, qui est une grande avancée de notre société. Je prie tous les Maliens de réfléchir et de conclure.

A quoi bon dire :

- que les Femmes sont nos mères,
- que nous les respectons et vouloir ne lui laisser qu’une seconde place dans notre société ?
Refusons cela, chaque société doit évoluer positivement, la femme doit bénéficier des mêmes droits que l'homme dans ce monde actuel. Le monde ne se limite pas au MALI et le Mali vit avec le monde.
Ne nous laissons pas guider par les extrémistes de tout bord, aucune société n'a le monopole de la justice et de la liberté.
Toutes les bonnes idées ne viennent pas de l'occident, il y a des personnes bonnes et justes au Mali, depuis toujours, écoutons-les enfin. N'instrumentalisons pas la religion, l'Humanité doit primer sur les traditions, car celles-ci n'existent que si l'homme existe, et l’Homme ne pourra pas exister, sans justice, sans droit, sans paix.
Est-il juste qu'une épouse ne puisse pas bénéficier des biens de son époux après son décès ? Qu’une mère ne puisse pas avoir autant de droits sur son propre enfant que son Mari ?
Qu’une femme ne puisse pas dire non  à un mariage? Demander le divorce ?

De quoi avons-nous peur ? de nous même ?
Nous avons le choix de ne pas choisir le même chemin que nos Parents, sans pour autant les nier.
Croyiez moi je suis un vrai Bambara, j'aime le" Tô ", j’aime et je suis fier de ma culture. Mes ancêtres avaient beaucoup de femmes et peut-être n'avaient-elles pas droit à la Parole. Seulement, j'aimerai corriger certaines injustices que mes ancêtres ignoraient ou qu'ils ne voulaient pas savoir. Aujourd'hui, nous savons donc nous pouvons.
Ne blâmons pas nos enfants et nous même.
Laissons cette chance à nos mères, à nos femmes, à nos sœurs, nos filles, ainsi que toutes les femmes au Mali, grâce à ce nouveau code des personnes et de la famille.

En espérant que vous publierez cet article dans votre journal,

Veuillez, agréer, Monsieur, mes salutations distinguées

Bafing kul
Auteur -Compositeur-Interprète
www.myspace.com/bafinkul