Africa for Women's Rights | L'afrique pour les droits des femmes

To content | To menu | To search

Tag - Cameroon

Entries feed - Comments feed

Friday 31 July 2009

African Women's Day: « We demand action! »

Press Statement

PDF VERSION

VERSION FRANÇAISE

31 July 2009 – On the occasion of African Women's Day, the Campaign Coalition, composed of over one hundred organisations across the continent, supported by Nobel Peace Prize Winners, Desmond Tutu and Shirin Ebadi, Nobel Literature Prize Winners, Wole Soyinka and Nadine Gordimer, and numerous artists (including Youssou N'Dour, Angélique Kidjo and Tiken Jah Fakoly...), renew their appeal to national authorities to ratify international and regional women's rights protection instruments and respect them in law and practice. The organisations of the campaign will organise conferences, demonstrations, radio programmes etc. to raise public awareness and convey the message of the Campaign.

This day is also an occasion to evaluate progress made since the launch of the campaign « Africa for women's rights » at the outset of 2009.

RATIFY! The coalition of the campaign welcomes the ratification by Democratic Republic of Congo (DRC) in February and by Cameroon in May 2009 of the Protocol to the African Charter on Human and People's Rights on the Rights of Women in Africa.

« While these commitments represent important steps for women's rights, they are not enough. We call for ratification to be followed rapidly by reform of laws and policies in these two countries where women's human rights continue to be massively violated, » underlined the Campaign Steering Committee.

RESPECT! Concrete and lasting respect for women's rights requires the amendment of the legal framework and the Campaign Coalition therefore strongly welcomes the adoption of new laws aimed at the promotion and protection of women's rights, such as the law on quotas adopted in Burkina Faso in April which requires a minimum representation of 30% of each sex on the local and parliamentary electoral lists.

« We recognise the long and hard battles fought by civil society in Burkina Faso to achieve this important result. We will remain at their sides, in solidarity, until parity is achieved! » declared the Campaign Steering Committee.

« Each sign of progress provides encouragement and strength to our movement, but we are more than aware of the work still to be done », concluded the Campaign Steering Committee. « On African Women's Day, in the name of all the organisations supporting the Campaign across the continent, we call upon all national authorities to take this symbolic occasion to adopt concrete reforms in favour of equality and full respect for women's human rights ».

Press contact: Karine Appy 00 33.1.43.55.14.12/25.18

Friday 10 July 2009

ENGAGEZ VOUS POUR LES DROITS DES FEMMES !

Communiqué de presse

La coalition l'Afrique pour les droits des femmes : ratifier et respecter lance un appel aux Etats n'ayant toujours pas ratifié le Protocole à la Charte africaine relatif aux droits de la femme en Afrique

english version

Le 11 juillet 2009 - Aujourd'hui le Protocole à la Charte africaine des droits de l'Homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique fêtera ses six ans. Adopté en 2003 à Maputo, Mozambique, et entré en vigueur en 2005, le Protocole a désormais été ratifié par la majorité des Etats africains qui se sont engagés à «éliminer toutes formes de discrimination à l'égard des femmes et (à) assurer la protection des droits de la femme». Cependant 26 Etats n'ont toujours pas ratifié le Protocole** .

Ce texte extrêmement important, à l'instar de la Convention des Nations unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (Convention CEDAW) ratifiée par la quasi totalité des Etats africains, offre un cadre juridique de référence pour assurer le respect des droits humains des femmes: élimination des discriminations et des pratiques néfastes; droit à la vie et à l'intégrité physique; égalité des droits en matière civile et familiale ; accès à la justice; droit de participation au processus politique; protection dans les conflits armés; droits économiques et protection sociale; droit à la santé et à la sécurité alimentaire, etc.

Convaincues que la lutte contre les discriminations et les violences à l'égard des femmes passe par la modification du cadre législatif, plus d'une centaine d'associations ont lancé, le 8 mars dernier la campagne «L'Afrique pour les droits des femmes: Ratifier et Respecter» appelant les États africains à ratifier le Protocole de Maputo et les autres instruments de protection des droits humains des femmes et à tout mettre en oeuvre pour garantir le respect de leurs dispositions.

Menée par la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH), en coopération avec cinq organisations régionales africaines*** , cette campagne est soutenue par de nombreuses personnalités, telles les prix Nobel de la paix Mgr Desmond Tutu et Shirin Ebadi, les prix Nobel de littérature, Wole Soyinka et Nadine Gordimer, par les artistes Angélique Kidjo, Tiken Jah Fakoly et Youssou N'Dour ou encore par Mme Soyata Maiga, Rapporteure spéciale de la Commission africaine des droits de l'Homme et des peuples sur les droits des femmes en Afrique.

Toutes les organisations et personnalités signataires de la campagne vous appellent par conséquent à saisir l'occasion de l'anniversaire du Protocole à la Charte africaine sur les droits de la femme en Afrique pour le ratifier et ainsi affirmer vos engagements en faveur des droits des femmes dans vos pays.


** Algérie, Botswana, Burundi, Cameroun, Congo-Brazzaville, Côte d'Ivoire, Egypte, Erythrée, Ethiopie, Gabon, Guinée, Guinée équatoriale, Kenya, Madagascar, Maurice, Niger, Ouganda, République centrafricaine, Sao Tome et Principe, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Swaziland, Tchad, Tunisie


*** Femmes Africa Solidarités (FAS), Women in Law in South Africa (WLSA), African Center for Democracy and Human Rights Studies (ACDHRS), Women in Law and Development in Africa (WILDAF) et Women's aid Collective (WACOL)

COMMIT TO THE PROTECTION OF WOMEN'S RIGHTS!

Press Statement

The coalition of the campaign "Africa for women's rights : ratify and respect !" issues a call to states that have failed to ratify the Protocol to the African Charter on the Rights of Women in Africa

version française

11 July 2009 - Today marks the sixth anniversary of the adoption of the Protocol to the African Charter on Human and Peoples' Rights on the Rights of Women in Africa. Adopted in 2003 in Maputo, Mozambique, the Protocol entered into force in 2005 and has now been ratified by the majority of African states which have thus committed themselves to “ensur(ing) that the rights of women are promoted, realised and protected”. However, 26 States have yet to ratify the Protocol** .

This Protocol, like the United Nations Convention on the Elimination of all forms of Discrimination Against Women (CEDAW Convention) which has been ratified by almost all African States, provides a legal framework of reference for ensuring respect for women's human rights: elimination of discrimination and harmful practices; right to life and to physical integrity; equality in the domain of the family and civil rights; access to justice; right to participate in the political process; protection in armed conflicts; economic rights and social protection; right to health and food security, etc.

Convinced that the fight against discrimination and violence against women requires changes to the the legal framework, on 8 March this year over one hundred organisations launched the campaign “Africa for Women's Rights: Ratify and Respect” calling on African States to ratify the Maputo Protocol and the other women's rights protection instruments and to take all necessary measures to guarantee respect of their provisions.

Initiated by the International Federation for Human Rights (FIDH), in cooperation with five African regional organisations*** , this campaign has the support of patrons including the Nobel Peace Prize Laureates Archbishop Desmond Tutu and Shirin Ebadi, the Nobel Literature Prize Laureates Wole Soyinka and Nadine Gordimer, the artists Angélique Kidjo, Tiken Jah Fakoly and Youssou N'Dour, as well as Ms. Soyata Maiga, Special Rapporteur of the African Commission on Human and Peoples' Rights on the Rights of Women in Africa.

All the organisations involved in the campaign, and the campaign's patrons, call on the Presidents of the 26 states that have not yet done so, to seize the occasion of this anniversary to ratify the Protocol to the African Charter on the Rights of Women in Africa and thus affirm their commitments to respecting the rights of women.


** Algeria, Botswana, Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo-Brazzaville, Egypt, Equatorial Guinea, Eritrea, Ethiopia, Gabon, Guinea, Ivory Coast, Kenya, Madagascar, Mauritius, Niger, Saharawi Arabic Democratic Republic, Sao Tome et Principe, Sierra Leone, Somalia, Sudan, Swaziland, Tunisia, Uganda


*** Femmes Africa Solidarités (FAS), Women in Law in South Africa (WLSA), African Center for Democracy and Human Rights Studies (ACDHRS), Women in Law and Development in Africa (WILDAF) et Women's aid Collective (WACOL)

Monday 23 March 2009

L'Eglise catholique fait mal à l'Afrique et aux femmes

Le pape Benoît XVI, qui a entamé, mardi 17 mars, au Cameroun, son premier voyage en Afrique, a d'emblée abordé le grave problème du sida qui frappe durement ce continent, en campant sur la position de l'Eglise catholique contre l'usage du préservatif.

Dans l'avion qui le conduisait à Yaoundé, capitale du pays, il a estimé que l'on ne pouvait "pas régler le problème du sida avec la distribution de préservatifs". "Au contraire (leur) utilisation aggrave le problème", a-t-il ajouté.

Cette phrase anticipe le sens de son voyage et gèle, dès le départ, tout espoir de changement de la position officielle de l'Eglise sur le sujet. Elle confirme ainsi une condamnation de sa part des moyens contraceptifs qui dure depuis des décennies, qui a soulevé des doutes et des critiques à l'intérieur même du monde catholique et qui continue à orienter l'action des missionnaires catholiques en les opposant au travail des organisations humanitaires internationales, qui insistent sur la nécessité de combattre le sida avec les préservatifs, mais pas seulement.

Si le pape a certainement raison lorsqu'il dit que l'épidémie "ne peut se vaincre avec la distribution de préservatifs" et qu'il demande des soins gratuits pour les malades du sida, ses propos sont discutables lorsqu'il ajoute que "les préservatifs aggravent même les problèmes". N'est-il pas vrai qu'il protège les femmes et peut empêcher la transmission du virus du sida ? Alors, pourquoi s'obstiner à en interdire l'usage ? Pourquoi ne pas dispenser une éducation à la sexualité qui, entre les mains des puissants réseaux de missionnaires catholiques, aurait des incidences rapides et profondes ?

L'Afrique est la région la plus durement touchée par le VIH et représente 67 % du total des personnes vivant avec le virus et 72 % des décès dus au sida en 2007. Parmi les jeunes Africains, le pourcentage de personnes contaminées tend à être nettement plus élevé chez les femmes que chez les hommes : 60 % des adultes de plus de 15 ans qui vivent avec le VIH sont des femmes. Dans le monde, le nombre d'enfants de moins de 15 ans porteurs du virus est passé de 1,6 million en 2001 à 2 millions en 2007. Près de 90 % d'entre eux vivent en Afrique subsaharienne. (Source: Le Figaro 20/03/09).

De plus, au début du mois de mars, la dureté atroce et inhumaine de l'excommunication par l'Eglise de la mère d'une petite fille brésilienne de 9 ans qui avait été violée par son beau-père, ainsi que des médecins qui lui ont sauvé la vie en la faisant avorter, avait suscité de vives réactions dans le monde entier, jusqu'au Vatican. Le violeur n'avait par contre pas été excommunié car "le viol est moins grave que l'avortement" avait expliqué Le cardinal Giovanni Battista Re, préfet de la congrégation pour les évêques.

Sources: Le monde 17.03.09 Lire l'article - Courrier international, 18.03.09: Adriano Prosperi, La Repubblica Lire l'article - Le Nouvel Observateur 9.03.09 Lire l'article

Tuesday 10 March 2009

"Finalement l'homme se dit : je l'ai achetée..."

Madeleine Affité, présidente de la Maison des Droits de l'Homme du Cameroun, revient sur la situation des femmes dans son pays, et sur les activités de son organisation dans ce domaine.

Elle explique que la plupart des femmes victimes de violence conjuguale ne connaissent pas leurs droits, sont démunies par rapport à leurs maris, et souvent acceptent leur condition, comme si la dot offerte par le mari à la famille de l'épouse lui accordait un droit de propriété sur sa femme. Dans la vie publique, malgré certaines avancées pour les femmes, de nombreux postes leur sont encore inccessibles et les femmes souffrent de discrimination. Elle précise que ce manque de considération pour les femmes est dûe à l'absence de lois protectrices de leurs droits au Cameroun. Le code de la famille étant encore "en gestation", aucune loi ne protège les femmes et les filles dans la sphère privée.
Le rôle de l'association de Madeleine Affité est d'aider les femmes victimes de violence et de discrimination, en les accompagnant en justice si elles le désirent.