Africa for Women's Rights | L'afrique pour les droits des femmes

To content | To menu | To search

Tag - Protocole CADHP

Entries feed - Comments feed

Friday 23 July 2010

L'Ouganda devient le 28ème État partie au Protocole de Maputo!

ENGLISH VERSION

La Coalition de la campagne se félicite de la ratification par l'Ouganda du Protocole à la Charte africaine des droits de l'Homme et des peuples relatif aux droits des femmes en Afrique (Protocole de Maputo), le 22 juillet 2010. En adhérant à cet instrument, les autorités ougandaises se sont formellement engagées à promouvoir et surtout protéger les droits des femmes garantis par le Protocole. En vertu des dispositions du Protocole, les autorités ougandaises se doivent en effet de prendre toutes les mesures nécessaires, y compris en adoptant un cadre législatif adéquat, pour lutter contre toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, garantir leurs droits à la dignité, à la vie, à la sécurité, à la santé, à l'accès à la justice, à l'éducation, de participer aux processus politiques ou encore leurs droits économiques et sociaux.

La Coalition de la campagne rappelle que si les autorités ougandaises ont déjà promulgué plusieurs lois visant à améliorer la situation des femmes, leur application continue d'être entravée par la persistance de traditions et comportements patriarcaux profondément ancrés, en particulier dans les zones rurales. La Coalition appelle ainsi l'Ouganda à organiser dans les plus brefs délais des campagnes de sensibilisation aux dispositions du Protocole de Maputo, y compris à l'attention des personnes chargées de l'application des lois.

Les organisations membres de la Coalition de la campagne L'Afrique pour les droits des femmes: Ratifier et Respecter militent pour que les Etats africains ratifient sans réserves les instruments régionaux et internationaux de protection des droits des femmes et pour qu'ils respectent leurs engagements. Depuis le lancement de la campagne en 2009, 3 Etats ont ratifié le Protocole de Maputo – la République démocratique du Congo (RDC), le Cameroun et l'Ouganda, portant ainsi à 28 le nombre d'États membres de l'Union africaine (UA) parties à ce protocole – et 2 Etats ont ratifié le Protocole à la CEDAW – la Guinée-Bissau et la Guinée équatoriale – portant à 19 le nombre d'États membres de l'UA parties à ce protocole.

Friday 10 July 2009

ENGAGEZ VOUS POUR LES DROITS DES FEMMES !

Communiqué de presse

La coalition l'Afrique pour les droits des femmes : ratifier et respecter lance un appel aux Etats n'ayant toujours pas ratifié le Protocole à la Charte africaine relatif aux droits de la femme en Afrique

english version

Le 11 juillet 2009 - Aujourd'hui le Protocole à la Charte africaine des droits de l'Homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique fêtera ses six ans. Adopté en 2003 à Maputo, Mozambique, et entré en vigueur en 2005, le Protocole a désormais été ratifié par la majorité des Etats africains qui se sont engagés à «éliminer toutes formes de discrimination à l'égard des femmes et (à) assurer la protection des droits de la femme». Cependant 26 Etats n'ont toujours pas ratifié le Protocole** .

Ce texte extrêmement important, à l'instar de la Convention des Nations unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (Convention CEDAW) ratifiée par la quasi totalité des Etats africains, offre un cadre juridique de référence pour assurer le respect des droits humains des femmes: élimination des discriminations et des pratiques néfastes; droit à la vie et à l'intégrité physique; égalité des droits en matière civile et familiale ; accès à la justice; droit de participation au processus politique; protection dans les conflits armés; droits économiques et protection sociale; droit à la santé et à la sécurité alimentaire, etc.

Convaincues que la lutte contre les discriminations et les violences à l'égard des femmes passe par la modification du cadre législatif, plus d'une centaine d'associations ont lancé, le 8 mars dernier la campagne «L'Afrique pour les droits des femmes: Ratifier et Respecter» appelant les États africains à ratifier le Protocole de Maputo et les autres instruments de protection des droits humains des femmes et à tout mettre en oeuvre pour garantir le respect de leurs dispositions.

Menée par la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH), en coopération avec cinq organisations régionales africaines*** , cette campagne est soutenue par de nombreuses personnalités, telles les prix Nobel de la paix Mgr Desmond Tutu et Shirin Ebadi, les prix Nobel de littérature, Wole Soyinka et Nadine Gordimer, par les artistes Angélique Kidjo, Tiken Jah Fakoly et Youssou N'Dour ou encore par Mme Soyata Maiga, Rapporteure spéciale de la Commission africaine des droits de l'Homme et des peuples sur les droits des femmes en Afrique.

Toutes les organisations et personnalités signataires de la campagne vous appellent par conséquent à saisir l'occasion de l'anniversaire du Protocole à la Charte africaine sur les droits de la femme en Afrique pour le ratifier et ainsi affirmer vos engagements en faveur des droits des femmes dans vos pays.


** Algérie, Botswana, Burundi, Cameroun, Congo-Brazzaville, Côte d'Ivoire, Egypte, Erythrée, Ethiopie, Gabon, Guinée, Guinée équatoriale, Kenya, Madagascar, Maurice, Niger, Ouganda, République centrafricaine, Sao Tome et Principe, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Swaziland, Tchad, Tunisie


*** Femmes Africa Solidarités (FAS), Women in Law in South Africa (WLSA), African Center for Democracy and Human Rights Studies (ACDHRS), Women in Law and Development in Africa (WILDAF) et Women's aid Collective (WACOL)

Wednesday 22 April 2009

La RDC ratifie le Protocole sur les droits des femmes en Afrique!

Depuis le 9 février 2009, la République Démocratique du Congo a ratifié le Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits des femmes.

La RDC est le 26 ème Etat du continent à ratifier le Protocole à la CADHP relatif aux droits des femmes et le second Etat d'Afrique Centrale, après le Rwanda en 2004, à franchir ce pas significatif.

La campagne se félicite de cette avancée. Toutefois, il ne s'agit que d'une promesse qui devra par la suite être suivie d'effets. Les acteurs de la campagne "l'Afrique pour les droits des femmes" attendent maintenant des actions concrètes démontrant la volonté des autorités congolaises de respecter leurs engagements internationaux. Enfin, la campagne appelle la RDC à ratifier et respecter le Protocole à la Convention CEDAW qui permet aux femmes victimes de violations de leurs droits de déposer des plaintes devant un comité des Nations Unies.

A quoi sert ce Protocole ? Cette convention régionale, adoptée sous l'égide de l'Union Africaine à Maputo (Mozambique) en 2003 à la suite d’une lutte acharnée des organisations africaines de défense des droits des femmes, est entrée en vigueur en 2005. Ce texte oblige les Etats à garantir aux femmes leurs droits fondamentaux. Certains des droits et obligations énumérés sont particulièrement pertinents dans le contexte africain comme la prohibition des pratiques traditionnelles néfastes (excision, lévirat, sororat, mariage précoce, forcé...) ou l’obligation d’apporter une protection spécifique aux femmes dans les conflits armés. Ce Protocole représente par ailleurs une avancée considérable en matière de droits reproductifs. Cinq ans après son adoption, 27 Etats ne l'ont toujours pas ratifié.

Congo_Rep_Dem_carte.gif