Africa for Women's Rights | L'afrique pour les droits des femmes

To content | To menu | To search

Tag - Ouganda

Entries feed - Comments feed

Friday 23 July 2010

L'Ouganda devient le 28ème État partie au Protocole de Maputo!

ENGLISH VERSION

La Coalition de la campagne se félicite de la ratification par l'Ouganda du Protocole à la Charte africaine des droits de l'Homme et des peuples relatif aux droits des femmes en Afrique (Protocole de Maputo), le 22 juillet 2010. En adhérant à cet instrument, les autorités ougandaises se sont formellement engagées à promouvoir et surtout protéger les droits des femmes garantis par le Protocole. En vertu des dispositions du Protocole, les autorités ougandaises se doivent en effet de prendre toutes les mesures nécessaires, y compris en adoptant un cadre législatif adéquat, pour lutter contre toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, garantir leurs droits à la dignité, à la vie, à la sécurité, à la santé, à l'accès à la justice, à l'éducation, de participer aux processus politiques ou encore leurs droits économiques et sociaux.

La Coalition de la campagne rappelle que si les autorités ougandaises ont déjà promulgué plusieurs lois visant à améliorer la situation des femmes, leur application continue d'être entravée par la persistance de traditions et comportements patriarcaux profondément ancrés, en particulier dans les zones rurales. La Coalition appelle ainsi l'Ouganda à organiser dans les plus brefs délais des campagnes de sensibilisation aux dispositions du Protocole de Maputo, y compris à l'attention des personnes chargées de l'application des lois.

Les organisations membres de la Coalition de la campagne L'Afrique pour les droits des femmes: Ratifier et Respecter militent pour que les Etats africains ratifient sans réserves les instruments régionaux et internationaux de protection des droits des femmes et pour qu'ils respectent leurs engagements. Depuis le lancement de la campagne en 2009, 3 Etats ont ratifié le Protocole de Maputo – la République démocratique du Congo (RDC), le Cameroun et l'Ouganda, portant ainsi à 28 le nombre d'États membres de l'Union africaine (UA) parties à ce protocole – et 2 Etats ont ratifié le Protocole à la CEDAW – la Guinée-Bissau et la Guinée équatoriale – portant à 19 le nombre d'États membres de l'UA parties à ce protocole.

Wednesday 13 January 2010

Une avancée pour les femmes en Ouganda ?

ENGLISH VERSION

Source : Womensnews
Par Claire Hoi

Le 11 novembre dernier, l'Assemblée Nationale Ougandais a finalement adopté une loi incriminant les violences domestiques. Parallèlement, le 10 décembre dernier a marqué une victoire pour les défenseurs des droits des femmes quand une loi s'opposant aux violences génitales faites aux femmes fut de même acceptée.

On espère que ces développements ouvriront la voie à l'adoption d'autres réformes sur les droits des femmes, en particulier celles concernant les discriminations dans les domaines du mariage et du divorce.

Un projet de loi sur le mariage et le divorce est actuellement devant l' Assemblée Nationale. Il octroiera aux femmes le droit de divorce pour violence, le liberté de choix de l'époux, ainsi que l'abolition de la pratique traditionnelle du lévirat. Par ailleurs, la polygamie sera interdite.

De plus, il instaurera un partage équitable des biens et propriétés dans le cas de divorce.

Cependant, cette loi s'appliquerait aux chrétiens, aux hindouistes et aux mariages traditionnels, excluant les mariages musulmans. Ainsi, de nombreuses femmes en Ouganda – où la population musulmanne est estimée à 12 % - seraient exclues de son application.

Enfin, le projet de loi ne s'oppose pas à la pratique traditionnelle de la dot, aussi appellée « le prix de la mariée », qui a tendance à dissuader les femmes victimes d'abus à quitter leur mari, par peur de devoir rendre cette dot. Cependant le projet interdit le remboursement de cette dot en cas de divorce.