Madeleine Affité, présidente de la Maison des Droits de l'Homme du Cameroun, revient sur la situation des femmes dans son pays, et sur les activités de son organisation dans ce domaine.

Elle explique que la plupart des femmes victimes de violence conjuguale ne connaissent pas leurs droits, sont démunies par rapport à leurs maris, et souvent acceptent leur condition, comme si la dot offerte par le mari à la famille de l'épouse lui accordait un droit de propriété sur sa femme. Dans la vie publique, malgré certaines avancées pour les femmes, de nombreux postes leur sont encore inccessibles et les femmes souffrent de discrimination. Elle précise que ce manque de considération pour les femmes est dûe à l'absence de lois protectrices de leurs droits au Cameroun. Le code de la famille étant encore "en gestation", aucune loi ne protège les femmes et les filles dans la sphère privée.
Le rôle de l'association de Madeleine Affité est d'aider les femmes victimes de violence et de discrimination, en les accompagnant en justice si elles le désirent.