Africa for Women's Rights | L'afrique pour les droits des femmes

To content | To menu | To search

Wednesday 9 March 2011

Revolutions in the Arab World : what is at stake for women's rights?

VERSION FRANCAISE

"No democracy without equality" was the slogan of women participating in the Tunisian revolution. In the Tunisian and Egyptian uprisings, women participated massively in demonstrations, on blogs and social networks. Women are also demonstrating in Bahrain, Yemen and Jordan and are active in women's rights organisations across the region.

"We must now be vigilant in order to ensure that women participate fully in the new political landscapes", underlined Souhayr Belhassen, FIDH President. "We are deeply concerned that there is not a single woman on the new Egyptian Constitutional Committee. This is unacceptable".

What are women calling for? Do the transitions underway present new opportunities for women's rights? Will their voices be heard? Will legislation in these countries finally advance towards full equality between the sexes? Will the reservations these states have entered to the Convention on the elimination of discrimination against women finally be withdrawn ?

FIDH seeks to shed light on these questions in the dossier published today on the FIDH website, developed in partnership with Égalité (www.egalite-infos.fr).

While women participated massively in the struggle for de-colonisation in the region, for example in Algeria, they were largely forgotten following independence. They must not be forgotten in the aftermath of the current uprisings. Throughout the Arab world, the fight for equality led by women's rights organisations is more important than ever. There are unique opportunities to be seized to advance respect for their rights in the region.

FIDH relays the voices of those who have fought for years for women's rights in Tunisia, Egypt, Bahrain, Yemen, Jordan, Algeria and Morocco.

Articles will be published throughout the month of March on the FIDH website, to ensure that the rights of those representing half the population of the Arab world are not forgotten. And because, as Sophie Bessis, FIDH Deputy Secretary General, says : " A democracy without equality of the sexes will be a truncated democracy."

Perspectives from Bahrain

Interview with Amal Basha, Chairperson of the Sisters' Arab Forum for Human Rights (SAF), Yemen

Interview with Leila Hammarneh, Projects Director, Arab Women Organization, Jordan

Révolutions arabes : quels enjeux pour les femmes ?

ENGLISH VERSION

« Pas de démocratie sans égalité » : C'est le slogan lancé par les Tunisiennes pendant les manifestations. La démocratie avec une pleine égalité entre les femmes et les hommes constitue un enjeu fondamental pour les femmes dans les transitions en cours dans le monde arabe. Lors des soulèvements en Tunisie et en Égypte, elles étaient présentes dans les manifestations, sur les blogs et dans les réseaux sociaux ; des femmes manifestent également au Bahreïn, au Yémen, en Jordanie... Elles sont partout actives dans les associations de défense des droits des femmes.

« Il faut aujourd'hui être vigilant afin d'assurer la pleine participation des femmes dans les nouveaux paysages politiques », a souligné Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH. «Nous sommes très préoccupés par le fait qu'il n'y ait aucune femme dans le nouveau Comité constitutionnel créé en Égypte, après la chute de Moubarak».

Que revendiquent les femmes ? Ces révolutions sont-elles une chance pour elles ? Seront-elles entendues ? Les législations pourront-elles enfin avancer dans le sens d'une égalité pleine et entière ? Les réserves à la Convention sur l'élimination des discriminations à l'égard des femmes, seront-elles enfin levées ?

Autant de questions sur lesquelles la FIDH souhaite faire la lumière dans le dossier aujourd'hui, réalisé en collaboration avec Egalité (www.egalite-infos.fr).

Alors que les femmes avaient participé massivement aux luttes pour la décolonisation, par exemple en Algérie, elles ont été largement oubliées lors des indépendances. Il ne faut pas qu'elles le soient après les soulèvements actuels ! Partout dans le monde arabe, le combat des associations de défense des droits des femmes pour l'égalité est plus important que jamais : il y a là une opportunité unique à saisir pour faire avancer dans la région le respect de leurs droits. La FIDH donne la parole à des associations qui luttent depuis longtemps pour les droits des femmes en Tunisie, en Égypte, en Algérie, au Maroc, à Bahreïn, au Yémen, en Jordanie... Des articles seront publiés tout au long du mois de mars sur le site de la FIDH pour que ne soient pas oubliés les droits de la moitié de la population des pays arabes. Et parce que comme le dit Sophie Bessis, Secrétaire générale adjointe de la FIDH : « Une démocratie sans égalité des sexes serait une démocratie tronquée ».

Interview de Leila Hammarneh, Directrice de projets, Arab Women Organisation

Interview avec une militante des droits humains à Bahreïn : « Je crains une guerre civile ici, à Bahreïn »

Tunisia: Interview with Souhayr Belhassen, FIDH President: "We must ensure that there are women in all the new political bodies"

VERSION FRANCAISE

How did Tunisian women participate in the revolution ?

Throughout the month of protests in Tunisia we saw a huge presence of women from all walks of life. It was not only those who had lost children, husbands, or other relatives killed during the uprising. We have seen that the torch of calls for democracy and equality has been passed down from our generation to the next. This is just as reassuring as it is moving. This generation has tremendous energy and creativity. They have shown it in the streets, as they have through social networks and blogs.

We must also recognize the role that women have played for many years in resistance to the dictatorship and repression. It is evident that women will play a full role in the construction of a democratic Tunisia.

It is also the “Tunisian exception” that brought about this revolution: Tunisia had the first constitution in the Arab world in the 19th century, the first trade union, the first Arab and African human rights organization and a Personal Status Code which, unfortunately, remains unique in the Arab world, which abolished repudiation and polygamy, access to the contraceptive pill and abortion, as well as to education.

With the recognition of Islamist political parties, is there a risk you think the Personal Status Code risks being challenged?

No, the rights protected by the Personal Status Code of 1956 are established. There is no going back. Now, we need to go beyond this and achieve full legal equality.

Women are fighting to preserve a modern society in Tunisia. We want the Personal Status Code to continue to evolve towards equality and freedom for both sexes. We want women to have equal rights to inheritance. Today, as in the sphere of education, women want equal participation in political life. This is why women are on centre stage. They know that the future of Tunisia depends on their struggle.

How can women’s rights be strengthened in Tunisia today?

First and foremost, we want to ensure that the new Tunisian democracy, which we hope to see emerge from this uprising, guarantees the full rights of women and gender equality. We must remain vigilent. We must remember that protecting human rights and democracy means protecting of the rights of women. We must recall the principle that there can be no genuine democracy without gender equality.

We must ensure that there are women in all the new political bodies. We must call for parity and, at the very least, quotas of women among those elected. Political parties calling themselves democratic will not be able to do less than the former RCD, the party of the ex-President, Ben Ali), which had established quotas of 30% on electoral lists.

We must also call for the reform of laws that remain discriminatory, starting with the provisions on inheritance.

We must support the work and struggle of women’s associations, like the Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD), the Association des femmes tunisiennes pour la recherche et le développement (AFTURD) and the Collectif Maghreb Egalité 1995, partners of FIDH, who resisted during the dictatorship, and have always associated the three words: democracy, freedom and equality. These women’s movements are extremely active in the creation of a democratic Tunisia.

Currently they are putting together a dossier of claims that would ensure gender equality and the protection of women’s rights in a democratic Tunisia.

Are there risks that women will be excluded from the transitions in Tunisia and Egypt ?

It is a real fear. There are already some worrying signs that women are being pushed aside in the political transitions. It is deeply concerning that women that there is not a single woman on the new Egyptian Constitutional Committee. This is unacceptable.

We must remember history. In Algeria, for example, in the 1950s women participated in the struggle for independence. However, after independence they were largely excluded from political and public life. Today the Algerian Family Code still discriminates against women, polygamy still exists, men are considered “head of the family” etc.. Women have been forgotten in the “post revolution.”

Political transition first... women’s rights later. We should remember that nothing is guaranteed, in order to ensure that women are not excluded from reconstruction, since women’s rights are never considered a political “priority.” We should not forget that if women have protested and have sacrificed themselves in the name of these revolutions, they will not allow their rights to be forgotten and ignored during the transition.

FIDH will continue to work alongside its member organisations and partners in Tunisia, Egypt and throughout the region so that memory of women’s participation in the revoulations and uprisings is preserved and so that women can obtain equal rights.

International Women's Day 2011 : Ratify and respect !

VERSION FRANCAISE

8 March 2011 – On the occasion of the 100th International Women's Day, the Coalition of the campaign "Africa for women's rights : ratify and respect !" calls on States to ratifiy the Protocol to the African Charter on the Rights of Women in Africa.

Adopted in 2003 in Maputo, Mozambique, the Protocol entered into force in 2005 and has now been ratified by the majority of African states which have thereby committed themselves to “ensur(ing) that the rights of women are promoted, realised and protected”. While we welcome the ratifications in 2010 by Uganda and Kenya, we deplore the fact that 24 States have so far failed to ratify this instrument (1).

This Protocol, like the United Nations Convention on the Elimination of all forms of Discrimination Against Women (CEDAW Convention) which has been ratified by almost all African States, provides a legal framework of reference for ensuring respect for women's human rights: elimination of discrimination and harmful practices; right to life and to physical integrity; equality in the domain of the family and civil rights; access to justice; right to participate in the political process; protection in armed conflicts; economic rights and social protection; right to health and food security, etc.

Initiated on 8 March 2009 by the International Federation for Human Rights (FIDH), in cooperation with five African regional organisations (2), the Campaign « Africa for women's rights » has the support of patrons including the Nobel Peace Prize Laureates Archbishop Desmond Tutu and Shirin Ebadi, the Nobel Literature Prize Laureates Wole Soyinka and Nadine Gordimer, the artists Angélique Kidjo, Tiken Jah Fakoly and Youssou N'Dour, as well as Ms. Soyata Maiga, Special Rapporteur of the African Commission on Human and Peoples' Rights on the Rights of Women in Africa.

All the organisations involved in the campaign, and the campaign's patrons, call on the Heads of state of the 24 states that have not yet done so, to seize the occasion of the 100th International Women's Day to take steps towards the ratification of the Protocol and affirm their commitments to respecting the rights of women in their countries. We call on them in particular to implement the recommendations expressed in the Campaign's Dossier of Claims.

Finally, we call on States that have already ratified the Protocol to ensure its effective implementation, including by abolishing remaining discriminatory laws.

(1) Algeria, Botswana, Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo-Brazzaville, Cote d'Ivoire, Egypt, Equatorial Guinea, Eritrea, Ethiopia, Gabon, Guinea, Madagascar, Mauritius, Niger, Saharawi Arabic Democratic Republic, Sao Tome et Principe, Sierra Leone, Somalia, Sudan, Swaziland, Tunisia

(2) Femmes Africa Solidarités (FAS), Women in Law in South Africa (WLSA), African Center for Democracy and Human Rights Studies (ACDHRS), Women in Law and Development in Africa (WILDAF) et Women's aid Collective (WACOL)

Thursday 30 July 2009

Les droits des femmes au Mozambique

En juin 2007, le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes (CEDAW) a émis des recommandations à l'attention des autorités du Mozambique afin que soit mis un terme aux discriminations et aux violences à l'égard des femmes, en droit et en pratique.

Lisez le Communiqué de presse émis par la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) et la Ligue Mozambicaine des droits de l'Homme (LMDH) qui résume ces recommandations.

Lisez également le rapport de la mission d'enquête effectuée par la FIDH et la LMDH au Mozambique en mai 2007 "Les droits des femmes au Mozambique: lutter contre les pratiques illégales".

Wednesday 22 July 2009

La FIDH rencontre les autorités maliennes: la réforme du Code de la famille sera-t-elle enfin adoptée ?

Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH et Sidiki Kaba, président d'Honneur de la FIDH ont été invités à participer aux cérémonies d'ouverture et de clôture du Congrès Extraordinaire de l'Union interafricaine des droits de l'Homme (UIDH) qui s'est tenu à Bamako (Mali), du 15 au 17 juillet 2009. Accompagnés des membres du bureau de Coordination de l'UIDH, ils ont saisi cette occasion pour rencontrer les autorités maliennes et leur faire part des recommandations de la FIDH concernant l'adoption du projet de réforme du Code de la Famille et de la Personne. La délégation de la FIDH en a également profité pour marquer la publication du rapport annuel 2009 de l'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'Homme.

Mali1
Souhayr Belhassen remet le badge de la campagne "L'Afrique pour les droits des femmes: Ratifier et Respecter" au Premier Ministre du Mali, M. Modibo Sidibé.

Le Mali a ratifié la Convention CEDAW en 1985 sans pour autant incorporer ses dispositions en droit interne. Le Mali a également ratifié le Protocole à la Charte africaine relatif aux droits des femmes en Afrique en 2005 et a soumis, en 2006, son rapport périodique au Comité CEDAW. La FIDH espère que ces initiatives accéléreront le respect des droits des femmes dans ce pays.

Car force est de constater que, faute d'un cadre législatif conforme à ces instruments, les femmes maliennes continuent d'être l'objet de discriminations et de pratiques néfastes: persistance des mutilations génitales féminines, violence à leur égard perpétrée en toute impunité, âge légal du mariage inférieur à celui des hommes, autorisation de la polygamie ou encore absence d’interdiction de la pratique du lévirat. Préoccupé par la persistance de législations discriminatoires, le Comité CEDAW a ainsi appelé les autorités maliennes à «accorder un rang de priorité élevé à la réforme de la législation et, en particulier, à mener à terme le processus nécessaire pour adopter au premier trimestre 2006 le projet de code de la personne et de la famille», une recommandation qui figurait également dans la note publiée en 2006 par la FIDH sur la situation des femmes au Mali..

Au cours d'une audience accordée le 15 juillet 2009 à la FIDH ainsi qu'aux représentants de son organisation membre au Mali, l'Association malienne des droits de l'Homme (AMDH), le Premier Ministre, Monsieur Modibo Sidibé, a annoncé l'adoption, en Conseil des Ministres, du projet de réforme du Code de la Famille et de la Personne. La FIDH a accueilli avec satisfaction la présentation du projet devant l'Assemblée nationale du Mali. L'adoption du nouveau Code de la famille constituera en effet une avancée importante pour le respect des droits humains des femmes maliennes.

Au nom de toutes les organisations et personnalités signataires de la campagne «L'Afrique pour les droits des femmes: Ratifier et Respecter» la FIDH appelle l'ensemble des parlementaires maliens, en cette trentième année de la Convention CEDAW, à affirmer leur engagement en faveur des droits des femmes au Mali en adoptant ce projet de réforme.

La FIDH déplore toutefois le fait que, contrairement aux obligations internationales et régionales du Mali, ce projet de réforme reste silencieux sur plusieurs violations graves des droits des femmes, notamment les mutilations génitales féminines et le viol conjugal.

La FIDH et les organisations signataires de la campagne espèrent que l'Assemblée Nationale ne tardera pas à respecter les engagements pris par le Mali et appelle les autorités et les législateurs à assurer la mise en conformité pleine et entière des lois internes avec les instruments internationaux et régionaux de protection des droits humains de femmes.

Wednesday 8 April 2009

Burkina Faso - la FIDH et le MBDHP se font l'écho des revendications des ONG locales auprès des autorités

Fin février 2009, la Présidente de la FIDH, Souhayr Belhassen, a rencontré les points focaux de la campagne au Burkina Faso (le Mouvement Burkinabe des droits de l'Homme et des Peuples, Wildaf Burkina Faso, Réseau de Communication d’information et de formation des femmes dans les ONG). Lors de cette réunion, les différents défis auxquels les femmes burkinabées sont confrontées ont été abordés : violences conjugales, discriminations, sous représentation politique et sociale...

P1000301.JPG
P1000305.JPG
Réunion avec les points focaux de la campagne

Le combat actuel : la loi sur les quotas Outre ces violations des droits des femmes que l'on retrouve dans de nombreux pays africains, les femmes du Burkina se mobilisent en faveur de l'adoption du projet de loi sur les quotas, qui prévoit qu'un minimum de 30% des sièges de l'Assemblée nationale soient pourvus par des femmes. Par ailleurs, les dispositions du projet de loi prévoient que les partis présentant plus de 30% de femme aux postes de candidature recevront un bonus pour le financement de leur parti. Dans le cas contraire, 50% de leur budget de financement par l'Etat sera dégrevé. La délégation de la FIDH et le Mouvement Burkinabé des Droits de l'Homme et des Peuples (MBDHP) ont rencontré le 27 février 2009, le président Compaoré et se sont fait l'écho des revendications des organisations de défense des droits de l'Homme et des organisations de promotion des droits des femmes en demandant le soutien du chef de l'Etat pour supprimer les discriminations faites aux femmes et pour l'adoption de la loi sur les quotas.

P1000367.JPG P1000372.JPG
Souhayr Belhassen et Chrysogome Zougmoré, Président du MBDHP rencontrent le Président Compaoré pour lui faire part des revendications des ONG locales.

La veille de leur rencontre avec le président du Burkina, Souhayr Belhassen et Chrysogome Zougmoré avaient rencontré le président de l'Assemblée nationale afin de plaider auprès des députés pour l'adoption de mesures législatives progressistes.

P1000319.JPG P1000326.JPG
La FIDH et le MBDHP rencontrent Roch Marc Christian Kaboré, Président de l'Assemblée nationale du Burkina Faso.

Enfin, lors de la conférence de presse organisée le 27 février 2009 au cours de laquelle les présidents de la FIDH et du MBDHP ont présenté la campagne, Mme Belhassen a rappelé l'engagement de la FIDH et des ses organisations membres et partenaires consistant à mettre en oeuvre des actions nationales fortes en vue de faire évoluer concrètement les droits des femmes.

P1000374.JPG P1000377.JPG Conférence de presse sur la campagne "l'Afrique pour les droits des femmes".