Africa for Women's Rights | L'afrique pour les droits des femmes

To content | To menu | To search

Tag - Democratic Republic of Congo

Entries feed - Comments feed

Tuesday 26 October 2010

10th anniversary of the adoption of UN Resolution 1325 on Women, Peace and Security

GRAVE VIOLATIONS PERSIST: STATES MUST TAKE ACTION!

http://www.fidh.org/GRAVE-VIOLATIONS-PERSIST-STATES-MUST-TAKE-ACTION

VERSION FRANCAISE

25 October 2010, Paris, New York - As we mark the 10th anniversary of UN resolution 1325 on Women, Peace and Security, and the UN Security Council meets to discuss its implementation, FIDH calls upon states to intensify efforts to ensure that women are protected from grave abuses in times of conflict and can fully participate in preventing and resolving conflict and building lasting peace. FIDH calls for the creation of an international mechanism to monitor and evaluate implementation of this key instrument.

Resolution 1325 was unanimously adopted by United Nations Security Council on 31 October 2000. Its adoption represented an important milestone in the recognition by states of the impact of armed conflict on women and the importance of their roles in conflict prevention and resolution. Resolutions 1820 and 1888, adopted in 2008 and 2009 respectively, built upon these foundations, for the first time explicitly recognising sexual violence as a tactic of war, requiring specific political and security responses.

Yet progress in implementation has been slow, intolerably slow. While a handful of states has adopted National Action Plans (approximately 20 of 192 states), many states have failed to take any measures to promote implementation. Annual reports on Resolution 1325 have been submitted to the Security Council, but no focus has been determined and no specific targets have been fixed. No single mechanism exists to hold states and UN bodies accountable for results.

Meanwhile, women continue to suffer the most horrific abuses in times of conflict. The last year has seen the persistence of brutal rapes on a massive scale in eastern Democratic Republic of Congo (DRC) of which recent events in the Walikale region, where armed groups terrorized the population over four days, raping over three hundred people, were yet another appalling reminder. From Afghanistan to Sudan, Iraq, Chechnya and Colombia, sexual violence continues to be used as a weapon of war.

And women are still not at the negotiating tables for peace agreements. There are no women mediators and very few signatures for peace treaties are done by women.

Whilst FIDH has welcomed some recent steps, including the establishment of the post of Special Representative of the Secretary-General on Sexual Violence in Conflict, FIDH considers that states and the UN itself must do much more. FIDH considers that in order to accelerate the implementation of Resolution 1325, the Security Council must establish an effective monitoring, accountability, and evaluation system.

FIDH calls on the Security Council to adopt the set of indicators, prepared in accordance with Resolution 1889, which will serve to objectively analyse progress and to identify persisting obstacles. FIDH further calls upon the Security Council to establish time-bound goals for implementation of specific UNSCR 1325 provisions and a mechanism to monitor whether targets are being met. Finally, FIDH urges all states that have not yet done so to adopt National Action Plans to guide implementation.

“The establishment of a monitoring mechanism should transform the resolution from a paper declaration into a tool for action to make real change to protect women in conflict and achieve lasting peace for all”, declared Souhayr Belhassen, FIDH President. “States meeting at the UN Security Council have an opportunity to demonstrate whether they are really serious about ending sexual violence in war and empowering women to prevent conflict and contribute to peace”.

Other recent developments

Several recent developments in the fight against violence and discrimination against women have given some cause for encouragement. The International Criminal Court (ICC) is increasingly investigating and prosecuting crimes of sexual violence including rape. FIDH welcomed the recent arrest in October 2010, in France, of Callixte Mbarushimana, a leader of the Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), in execution of an ICC warrant. Mbarushimana is accused of war crimes and crimes against humanity, including rape, committed by members of the FDLR in the Kivu provinces in eastern DRC 1. FIDH hopes that the ICC's activities will contribute towards prevention of these crimes and calls on the ICC Prosecutor to integrate crimes of sexual violence systematically into his prosecution strategy.

FIDH also welcomed the adoption by the UN Human Rights Council in October 2010 of a new mechanism to monitor laws that discriminate against women, in the face of resistance from several states that maintain discriminatory laws. The first step in ending discrimination against women is to establish laws that guarantee gender equality and women's rights. The creation of this new mechanism represents an important step in the fight against discrimination and a further link in the accountability chain 2.

Notes
1 See further FIDH Press Statement Première arrestation d'un présumé responsable de crimes commis aux Kivus (in French), 12 October 2010, www.fidh.org/Premiere-arrestation-d-un-presume-responsable-de
2 See further FIDH Press Statement, FIDH welcomes establishment of new mechanism on laws that discriminate against women by United Nations Human Rights Council, 7 October 2010, www.fidh.org/FIDH-welcomes-establishment-of-new-mechanism-on ; and FIDH Position Paper on the creation of a new UN Mechanism on laws that discriminate against women, October 2010, www.fidh.org/Position-Paper-on-the-creation-of-a-new-UN

Friday 5 March 2010

Cahier d'exigences : République Démocratique du Congo

Ratifier ! Si la République démocratique du Congo (RDC) a ratifié la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), de même que le Protocole à la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples relatif aux droits des femmes en Afrique (Protocole de Maputo), l’Etat n’a toujours pas ratifié le Protocole facultatif à la CEDAW.

Respecter ! La Coalition de la campagne demeure particulièrement préoccupée par : la persistance de dispositions législatives discriminatoires, notamment dans le Code de la famille; l’ampleur des violences sexuelles perpétrées en toute impunité dans les zones de conflits de même que dans les zones de relative stabilité, les pratiques traditionnelles néfastes, telles que les mariages précoces et forcés, et l’accès limité des femmes à l’éducation, à la santé et au marché du travail.

QUELQUES AVANCÉES...
La Coalition de la campagne reconnaît plusieurs développements positifs relatifs aux droits des femmes en RDC au cours des dernières années, tels que :

  • L’adoption en juillet 2006, de deux lois sur les violences sexuelles (Lois n°06/018 et 06/019). Cependant ces lois souffrent depuis lors d’une absence d’application effective.
  • L’adoption en janvier 2009, de la loi portant protection de l’enfant (loi n°09/001) qui contient des dispositions protégeant l’enfant contre toutes les formes d’exploitation et de violences sexuelles et garantissant les droits de la femme enceinte.
  • La ratification, en février 2009, du Protocole de Maputo.



MAIS LES DISCRIMINATIONS ET LES VIOLENCES PERSISTENT

Dans la Loi
La persistance de violations des droits humains des femmes est favorisée par le maintien de législations discriminatoires. Par exemple :

Le Code de la famille contient des dispositions particulièrement discriminatoires à l’égard des femmes.
Parmi elles, l’article 352 impose aux femmes un âge minimal pour contracter le mariage différent de celui des hommes (18 ans pour les hommes et 15 ans pour la femme). L’article 355 stipule que “La femme ne peut se remarier qu’après l’expiration d’un délai de trois cents jours à compter de la dissolution ou de l’annulation du précédent mariage. Ce délai prend fin en cas d’accouchement”.
D’autres dispositions de ce Code consacrent clairement la mise sous tutelle maritale de la femme. L’article 444 stipule que le mari est chef de ménage, qu’il doit protection à la femme et que cette dernière lui doit obéissance. L’article 445 stipule que les époux concourent à la direction morale et matérielle du ménage, mais sous la direction du mari. Selon l’article 450, sauf exceptions, “la femme ne peut ester en justice en matière civile, acquérir, aliéner ou s’obliger sans l’autorisation de son mari. Si le mari refuse d’autoriser sa femme, le tribunal de paix peut donner l’autorisation. L’autorisation du mari peut être générale, mais il conserve toujours le droit de la révoquer”. Selon l’article 454, seul le mari a le pouvoir de fixer le domicile ou la résidence conjugale.
L’article 467 établit une discrimination en matière d’adultère puisqu’il ne réprime l’adultère du mari que dans certaines circonstances contrairement à la femme qui sera punie en toutes circonstances.
La Loi relative à la nationalité congolaise : Bien que l’article 5 de cette loi (Loi n° 004/24 de 2004) permette aux femmes de transmettre la nationalité congolaise par filiation de la même façon que les hommes, l’article 30 prévoit que les femmes ne peuvent pas conserver leur nationalité congolaise si elles épousent un étranger.

Dans la pratique
• Violences
Depuis de nombreuses années, la RDC est le terrain de conflits armés au cours desquels le viol a été utilisé comme une arme de guerre de manière massive et systématique. Banalisé sur l’ensemble du territoire, ce crime est désormais commis dans les zones de relative stabilité. Ainsi, malgré l’adoption en 2006 de deux lois particulièrement répressives, les cas de violences sexuelles continuent d’être quotidiennement rapportés, l’impunité quasi généralisée des auteurs en constituant l’une des principales causes.
Selon la Rapporteuse spéciale des Nations unies sur les violences contre les femmes, qui s’est rendue en RDC en juillet 2007, les allégations de viols de la part des membres des Forces armées de RDC (FARDC) et de la Police nationale congolaise (PNC) sont nombreuses. L’impunité dont bénéficient les auteurs est entre autres la conséquence de nombreux obstacles qui entravent la capacité ou la volonté des femmes à porter plainte : procédures judiciaires longues et coûteuses, crainte de la stigmatisation et des actes de représailles. Les défaillances du système judiciaire réduisent à néant les probabilités que les auteurs de crimes sexuels soient poursuivis et condamnés. Le manque de formation des personnels de police et judiciaires entravent également l’accès des femmes à la justice.

• Obstacles à l’accès à l’éducation, vulnérabilité économique
Si une grande partie de la population congolaise vit dans une situation économique particulièrement préoccupante, les femmes sont rendues d’autant plus vulnérables à ces difficultés d’ordre économique que persistent des comportements patriarcaux et stéréotypes fortement ancrés dans la société quant à leur rôle et leurs responsabilités. Si les dispositions des articles 43 et 44 de la Constitution prévoient la gratuité de l’enseignement primaire obligatoire et l’éradication de l’analphabétisme, il existe une forte disparité entre garçons et filles en matière d’éducation, notamment dans l’enseignement secondaire et supérieur. Le taux élevé d’abandon scolaire chez les filles est en grande partie imputable aux mariages précoces et forcés de même qu’aux grossesses précoces.

• Obstacles à l’accès à la santé
Le conflit armé prolongé a eu des effets extrêmement préjudiciables sur le taux demortalité maternelle qui s’explique, entre autres, par l’absence d’accès aux soins obstétriques, l’existence de centres de soins vétustes, ainsi que le recours limité aux services existants durant la grossesse et l’accouchement, l’accès limité à des services de santé procréative et d’hygiène sexuelle adéquats destinés aux femmes, en particulier celles qui vivent en zones rurales, et le faible niveau de l’éducation. Le manque d’informations fournies sur le VIH/Sida contribue à la propagation du virus dont les femmes sont les principales victimes.

• Sous représentation dans la vie publique et politique
En 2010, les femmes ne représentent que 8,4 % des députés à l’Assemblée nationale et 4.6 % des sénateurs. Aucune loi ni politique n’assure l’application des principes de représentation équitable et de non discrimination des femmes, pourtant prévus par l’article 14 de la Constitution. La loi électorale ne prévoit pas l’instauration de quotas minimums mais appelle simplement à la prise en compte de la représentation de la femme dans la confection des listes électorales.

LA COALITION DE LA CAMPAGNE DEMANDE AUX AUTORITÉS DE LA RDC DE :

  • Abroger l’ensemble des dispositions législatives discriminatoires, en conformité avec la CEDAW et le Protocole de Maputo, en particulier au sein du Code de la famille et de la Loi sur la nationalité.
  • Prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre un terme aux pratiques discriminatoires, en particulier les mariages précoces et forcés.
  • Prendre toutes les mesures nécessaires pour poursuivre et condamner les auteurs de violences sexuelles, notamment en dispensant des formations aux magistrats et aux forces de défense et de sécurité sur les dispositions des lois de 2006, en octroyant aux femmes des services d’assistance juridique et en organisant des campagnes de sensibilisation sur les moyens d’exploiter les voies de recours disponibles pour lutter contre les violences sexuelles.
  • Prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir l’égalité d’accès à tous les niveaux d’enseignement et à l’emploi, éviter les déperditions scolaires chez les filles ; relever le taux d’alphabétisation des femmes ; prendre des mesures visant à éliminer les stéréotypes quant au rôle et aux responsabilités des filles et des femmes.
  • Prendre toutes les mesures nécessaires pour accroître la participation des femmes sur la scène politique, y compris l’adoption du projet de loi sur le quota.
  • Améliorer l’accès des filles et des femmes aux services et soins de santé, notamment en intensifiant les efforts visant à améliorer l’ensemble de l’infrastructure sanitaire, en améliorant l’accès aux services prénataux, postnataux et obstétricaux ; et en dotant les centres de développement familial de ressources adéquates et de personnels qualifiés, en particulier dans les zones rurales.
  • Prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer l’accès des femmes à la justice, y compris la formation des juges,des avocats, des procureurs et des agents de police sur le contenu des textes nationaux et internationaux de protection des droits des femmes, la vulgarisation et la dissémination de ces textes de manière à les rendre accessibles et compréhensibles par toute la population,notamment en milieu rural ; la création de structures dédiées à l’assistance juridique ainsi que des aides financières pour permettre aux victimes de violences et de discriminations d’ester en justice.
  • Mettre en œuvre l’ensemble des recommandations émises par le Comité CEDAW, en août 2006.
  • Se conformer aux engagements pris lors de l’Examen périodique universel de la RDC devant le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies.
  • Ratifier dans les plus brefs délais le Protocole facultatif à la CEDAW.


PRINCIPALES SOURCES

  • Points focaux : LIFDED, Groupe Lotus, ASADHO, Ligue des électeurs
  • Recommandations du Comité CEDAW, août 2006
  • FIDH, République démocratique du Congo: Briser l’impunité, 2008, www.fidh.org
  • Union interparlementaire, www.ipu.org


LES POINTS FOCAUX DE LA CAMPAGNE EN RDC

Ligue des femmes pour le développement et l’éducation à la démocratie (LIFDED) La LIFDED, basée à Kinshasa, organise des campagnes de sensibilisation et des sessions de formation sur les droits des femmes, la résolution pacifique des conflits, la non-violence, la construction de la paix, les élections et la bonne gouvernance.

Groupe Lotus
Le Groupe Lotus est une ONG de défense des droits de l’Homme basée à Kisangani. Créée en 1991, à l’ini- tiative d’un groupe d’universitaires, elle a pour ambition de modifier les normes et les pratiques de la société congolaise pour le respect des droits de l’Homme.

Association africaine de défense des droits de l’Homme (ASADHO) L’ASADHO a pour mandat la promotion et la protection des droits de l’Homme. Elle regroupe 22 sections et repré- sentations à travers la RDC. L’ASADHO organise des conférences et ateliers sur les droits des femmes, et effectue un plaidoyer constant auprès des autorités congolaises pour l’amélioration des conditions des femmes.

Ligue des électeurs Créée en 1990, la Ligue des Électeurs a pour objectif le soutien au développement démocratique, notamment par la défense des droits de l’Homme et la promotion de la culture électorale. La Ligue effectue des activités de formation, de sensibilisation, des missions internationales d’évaluation et d’observation électorale.

TÉLÉCHARGEZ LA FICHE EN FORMAT PDF RDCFR.pdf
DOWNLOAD THE PDF DRCENG.pdf

Thursday 10 December 2009

International Human Rights Day: Firm Political Will Required to End Violence Against Women

VERSION FRANÇAISE

The Coalition of the Campaign “Africa for Women's Rights Ratify and Respect” demands immediate action from governments

10 December 2010, Nairobi, Paris - On International Human Rights Day, as NGO's across Africa conclude their actions marking 16 days of activism against gender violence, the Coalition of the Campaign “Africa for Women's Rights Ratify and Respect” calls upon all African governments to take urgent measures to eliminate violence against women.

Africa is the continent that records the highest levels of violence perpetrated against women. Patriarchy, sexism and misogyny are widespread across the 53 countries. Harmful traditional practices, insufficient legal protection and extensive impunity for acts of violence perpetuate violations of women's rights. In periods of conflict or political unrest, crimes of sexual violence continue to be committed on a massive scale.

From November 25th (International Day on Violence Against Women) until 10th December (International Human Rights Day), NGO's have been intensively campaigning for an end to such atrocities. The Coalition of the Campaign “Africa for Womens Rights Ratify and Respect” lends its support to the theme for this year's mobilisation: Commit ▪ Act ▪ Demand: We CAN End Violence Against Women! The Campaign emphasizes the need for all actors, starting with governments, to give full support to efforts to end sexual and gender based violence.

The Coalition of the Campaign issues specific recommendations to the governments of Burundi, Botswana, Democratic Republic of Congo (DRC), Togo and Mali, which have been a particular focus of the Campaign in 2009, and where sexual and domestic violence remain highly prevalent.

In Burundi, perpetrators of sexual and domestic violence benefit from widespread impunity. There is no specific law prohibiting domestic violence. Extrajudicial settlement of cases of rape favours practices such as marriage between the rapist and the victim. Amongst the root causes of persistent violence, are profoundly discriminatory laws, in particular provisions of the Code of the Person and the Family and the Penal Code, as well as the continued application of customary law.

The Coalition of the Campaign calls on the government of Burundi to:

  • abolish or reform discriminatory laws including provisions of the Code of the Person and the Family and the Penal Code and customary laws;
  • enact legislation criminalizing domestic violence;
  • adopt a comprehensive strategy to combat all forms of violence against women; and
  • ratify the Protocol to the African Charter on the Rights of Women in Africa.

In Botswana, customary law, which profoundly discriminates against women, is applied alongside common law. While Botswana has adopted legislation criminalising violence against women (Domestic Violence Act 2008), under customary law men are perceived to have the right to “chastise” their wives. Furthermore, the Domestic Violence Act contains significant gaps. For example, it does not penalise marital rape.

The Coalition of the Campaign therefore calls on the government of Botswana to:

  • abolish or reform discriminatory laws including customary laws and ensure that common law is superior to customary law;
  • enact legislative provisions criminalizing marital rape; and
  • adopt a comprehensive strategy to combat all forms of violence against women.

In Democratic Republic of Congo, crimes of sexual violence continue to be committed on a massive scale, both in areas of ongoing conflict and areas of relative stability. Two laws on sexual violence adopted in 2006 have so far been ineffectively implemented and perpetrators continue to enjoy impunity. Harmful traditional practices such as dowry, levirate, polygamy, forced and early marriage, female genital mutilation and domestic violence, remain widespread.

The Coalition of the Campaign calls on the Democratic Republic of Congo to implement the recent recommendations on combating violence against women issued by the United Nations Committee on Economic, Social and Cultural Rights (November 2009). In particular, it urges the government to:

  • accelerate the adoption of the law on gender equality and reform of discriminatory provisions within the Family Code;
  • enact legislation prohibiting harmful traditional practices;
  • raise the minimum age of marriage for girls to 18 years;
  • implement the comprehensive strategy against sexual violence endorsed by the Government in April 2009; and
  • ensure provision of compensation, psychological support and health care to survivors of sexual violence.

In Mali, discriminatory laws, in particular in the area of the family, place women in a situation of extreme vulnerability. Harmful traditional practices persist including female genital mutilation, forced and early marriage and levirate. Following ten years of drafting, reforms to the Family Code were passed by parliament in August 2009 but, following widespread protests by ultra-conservative groups, the President sent the law back to Parliament for a second reading.

The Coalition of the Campaign therefore calls on the government of Mali to:

  • ensure that the proposed reforms of the Family Code, are adopted, in full, without further delay;
  • criminalise female genital mutilation and marital rape;
  • adopt the Protocol to the African Charter on the Rights of Women in Africa.

In Togo, discriminatory customs and traditions, including forced and early marriage, female genital mutilation, ritual bondage, levirate and repudiation are widespread. Patriarchal attitudes persist that consider the physical chastisement of family members, including women, acceptable. Proposed reforms to the Personal and Family Code, which would amend some of the discriminatory provisions, have been stalled.

The Coalition of the Campaign therefore calls on the government of Togo to:

  • reform all discriminatory legislation including the Personal and Family Code
  • enact legislation on domestic violence, including marital rape, and on all forms of sexual abuse, including sexual harassment
  • introduce immediate measures to modify and/or eliminate customs and cultural practices that discriminate against women
  • ratify the Optional Protocol to the Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination Against Women.

“As we mark International Human Rights Day, we remind all governments of the fundamental rights of women to be protected from all forms of violence. It is abhorrent that women continue to suffer such atrocities, and on a daily basis, whilst governments fail to act”, stated Souhayr Belhassen, FIDH President. “Eliminating violence against women is a question, first and foremost, of political will”, she concluded.

Thursday 20 August 2009

RDC : La Ligue des Electeurs (LE), l'ASADHO et le Groupe LOTUS mobilisés pour la journée de la femme africaine

Kinshasa, Kisangani, le 31 juillet 2009 - La Ligue des électeurs, en collaboration ave l'ASADHO, a organisé le 31 juillet 2009, une conférence de presse à l'occasion de la journée des femmes africaines. Au total, 6 organes de presse écrite étaient au rendez vous (Tempête des Tropiques, Potentiel, Agence Congolaise de presse ACP, APA, Prospérité, La dépêche de Brazzaville), ainsi qu'une radio (RTNC) et une Télévision (Canal Numérique Télévision CNTV). Des membres des ONG soeurs et organisations communautaires de base étaient aussi présents.

Le point de presse a été co-animé par Grâce LULA (Ligue des Electeurs) et Maître JOSEPHAT (ASADHO), points focaux de la campagne "L'Afrique pour les Droits des Femmes, Ratifier et Respecter!". Elles ont parlé de la motivation, du pourquoi de la campagne, du lancement de la campagne le 8 mars (temps forts de la campagne), des actions de sensibilisation menées, des préoccupations (cahier d'exigeances), du plaidoyer fait avec la Présidente de la FIDH, Souhayr Belhassen, lors de sa dernière mission en RDC, des organismes qui soutiennent la campagne et des personnalités qui la portent. Elles ont particulièrement parlé de la journée du 31 juillet, des avancées timides au niveau de la RDC pour ratifier certains instruments, et ont longuement évoqué le protocole de Maputo qui vient d'être ratifié en février 2009 et du travail qui reste à faire pour la ratification du Protocole à la CEDAW.

Le communiqué de presse de la journée de la femme africaine, ainsi que la déclaration de campagne et la charte de coopération ont été largement diffusés. Un échange très interressant s'en est suivi et la presse audio et visuelle ont accordé des interviews.

A Kisangani, Betty LIKOKE du groupe LOTUS a elle aussi organisé une activité pour commémorer la journée des femmes africaines; et c'est avec la radio OKAPI et quelques membres des organisations de la société civile que cela s'est tenue.

Friday 31 July 2009

African Women's Day: « We demand action! »

Press Statement

PDF VERSION

VERSION FRANÇAISE

31 July 2009 – On the occasion of African Women's Day, the Campaign Coalition, composed of over one hundred organisations across the continent, supported by Nobel Peace Prize Winners, Desmond Tutu and Shirin Ebadi, Nobel Literature Prize Winners, Wole Soyinka and Nadine Gordimer, and numerous artists (including Youssou N'Dour, Angélique Kidjo and Tiken Jah Fakoly...), renew their appeal to national authorities to ratify international and regional women's rights protection instruments and respect them in law and practice. The organisations of the campaign will organise conferences, demonstrations, radio programmes etc. to raise public awareness and convey the message of the Campaign.

This day is also an occasion to evaluate progress made since the launch of the campaign « Africa for women's rights » at the outset of 2009.

RATIFY! The coalition of the campaign welcomes the ratification by Democratic Republic of Congo (DRC) in February and by Cameroon in May 2009 of the Protocol to the African Charter on Human and People's Rights on the Rights of Women in Africa.

« While these commitments represent important steps for women's rights, they are not enough. We call for ratification to be followed rapidly by reform of laws and policies in these two countries where women's human rights continue to be massively violated, » underlined the Campaign Steering Committee.

RESPECT! Concrete and lasting respect for women's rights requires the amendment of the legal framework and the Campaign Coalition therefore strongly welcomes the adoption of new laws aimed at the promotion and protection of women's rights, such as the law on quotas adopted in Burkina Faso in April which requires a minimum representation of 30% of each sex on the local and parliamentary electoral lists.

« We recognise the long and hard battles fought by civil society in Burkina Faso to achieve this important result. We will remain at their sides, in solidarity, until parity is achieved! » declared the Campaign Steering Committee.

« Each sign of progress provides encouragement and strength to our movement, but we are more than aware of the work still to be done », concluded the Campaign Steering Committee. « On African Women's Day, in the name of all the organisations supporting the Campaign across the continent, we call upon all national authorities to take this symbolic occasion to adopt concrete reforms in favour of equality and full respect for women's human rights ».

Press contact: Karine Appy 00 33.1.43.55.14.12/25.18

Tuesday 19 May 2009

Syfia Grands Lacs/RD Congo - Kananga : les femmes portent davantage plainte contre leurs maris

14.05.2009 par Henriette Kumakana

À Kananga, chef lieu de la province du Kasaï Occidental, les femmes sont de plus en plus nombreuses à traduire leur mari en justice lorsqu’elles s’estiment lésées. C’est le résultat des actions menées pour le respect des droits et contre les violences faites aux femmes.

"J’élève seule les enfants depuis plus de 5 ans. J’ai le droit de recevoir le salaire de leur père pour leur survie et leur éducation. Que la justice tranche pour lui rappeler ses devoirs et mes droits", affirmait en avril dernier une femme qui venait de porter plainte contre son mari au tribunal de paix (Tripaix) de Kananga, au Kasaï occidental, au centre de la RD Congo. Selon Gilbert Mulumba, greffier principal, il était rare, naguère, que les femmes accusent ainsi leurs maris en justice.
C’est depuis 2007 que le nombre de plaintes a augmenté pour atteindre 5 à 6 par mois alors qu’il fallait plusieurs mois, dans le temps, pour en avoir autant. C’est le résultat d’actions de sensibilisation menées pour la défense des droits humains et la lutte contre les violences. La division provinciale Genre, familles et enfants est totalement engagée dans cette dynamique, appuyant des structures qui mènent à leur tour des actions de sensibilisation pour encourager les femmes à connaître et défendre leurs droits. Selon Innocent Mbumba, président de Ligue de la Zone Afrique pour la Défense de Droits des Enfants et des Femmes, le progrès à Kananga s’explique par l’intensification des actions menées, tandis qu’à l’intérieur de la province, le manque de moyens et le poids des coutumes, plus lourd qu’en ville, constituent des freins. La clinique juridique de cette Ligue a accompagné 18 femmes en justice en 2008 et déjà 7 depuis le début de l’année, précise Innocent Mbumba.

Résultat encourageant
VK, une jeune femme enceinte qui a porté plainte contre son mari, explique timidement: "Je connais mes droits suite aux actions menées dans les églises, dans le quartier et par les médias. Je l’ai accusé par amour pour qu’il s’amende." Elle précise que son mari la frappe pour qu’elle avoue être une sorcière et qu’elle reconnaisse son infidélité. Il l’oblige à s’habiller à la mode, sans jamais, pour autant, lui acheter de vêtements. Le mari ainsi accusé admet qu’une femme a le droit de traîner son époux en justice, mais seulement pour des cas frappants comme l’abandon du foyer ou la privation de pensions alimentaires.
Les activistes des droits humains et les structures locales et internationales impliquées en matière de droits se félicitent du résultat obtenu. Chantal Bakambila, chef de division intérimaire de Genre, famille et enfants, explique que la connaissance des droits des femmes par celles-ci et par les hommes est déjà un grand pas en avant : "Ils disent comprendre et respecter les droits de leurs conjointes mais demandent qu’elles ne confondent pas liberté et libertinage". Pour Joséphine Bitota, doyenne de la faculté de droit à l’Université de Kananga (UKA), en effet, "Nous sommes dans un pays régi par des lois qui doivent être appliquées". La hausse des actions en justice a aussi un effet indirect, selon Paul Loma, préposé à l’État civil de la commune de Katoka : elle accroît l’enregistrement de mariages à l’État civil, puisqu’un certificat de mariage est exigé pour aller en justice. On compte actuellement trois fois plus d’enregistrements par mois qu’avant.

La justice corrige
Les femmes qui accusent leurs époux sont pourtant mal vues. Les gens préfèrent des arrangements à l’église ou selon les traditions, afin de préserver l’intimité, la cohabitation, les croyances et les coutumes. Certains n’optent donc pour la justice qu’en cas d’échec de ces médiations. Comme cette travailleuse qui dit connaître ses droits, mais s’abstient de recourir à la justice de peur qu’une malédiction ne tombe sur ses enfants. Son conjoint, dit-elle, gagne plus de 200 $ par mois, mais lui en envoie seulement 10 depuis qu’il a une autre femme, mère d’un enfant, tandis qu’elle en a sept. "Je ne cherche pas la vengeance. Je conscientise mon mari pour qu’il revienne à la raison. En cas d’échec, j’irai en justice."
Selon le greffier du Tripaix, les difficultés viennent souvent des belles-familles et des Églises qui lancent des prophéties et ont recours à la parole de Dieu pour faire prier ces femmes toute la journée. Francy Mbombola, pasteur du Rhema, une Église de réveil, s’en défend, mais dit privilégier l’éducation : "Les études, dit-il, favorisent l’équilibre conjugal car une famille instruite connaît les droits et évite le pire." De son coté, José Muboyayi, secrétaire provincial des autorités traditionnelles, favorise la palabre qui "punit et arrange des situations apparemment insolubles, pour éviter des perturbations pires et arriver à un terrain d’entente".
La doyenne de l’UKA, qui opte pour la justice, rétorque cependant qu’invoquer l’argument de la paix sociale revient à minimiser les blessures des victimes. La justice est là pour corriger. Mieux vaut vivre seule qu’être mal mariée, conclut-elle. De nombreux juristes et des partisans de la médiation, estiment cependant, à l’inverse, que porter plainte est parfois un moindre mal, mais toujours le signe d’un échec.

Source: Lire l'article sur le site de Syfia Grands Lacs, Agence de Presse couvrant la RDC, le Rwanda et le Burundi.

Thursday 30 April 2009

DRC ratifies the Protocol on women's rights in Africa

Since February 9, 2009, the Democratic republic of Congo (DRC) has ratified the Protocol to the African Charter on Human and People's rights on the Rights of Women in Africa.

The Democratic republic of Congo is the 26th state in the continent to ratify the Protocol to the ACHPR on the rights of women, and the 2nd state in the central Africa region to take this significant step, following Rwanda who did it in 2004.

The campaign is very pleased with this progress. However, it is only a promise that still has to be put into effect. The participants in the « Africa for women's rights » campaign are now waiting for concrete actions, showing the will of Congolese authorities to respect their international commitments. Finally, the campaign calls upon DRC to ratify and respect the Optional Protocol to the Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination against Women (CEDAW), which allows women whose rights are violated to seek redress before a committee of the United Nations.

What is the aim of the Protocol? This regional convention, adopted in Maputo (Mozambique) in 2003, under the aegis of the African Union, following the relentless struggle of African organizations for women's rights defense, came into effect in 2005. This document requires states to ensure women's fundamental rights. Some of the rights and obligations mentioned are particularly relevant in the African context, such as the prohibition of harmful traditional practices (genital mutilation, widowhood rites, wife inheritance, forced and early marriage) or the obligation to provide women with a specific protection in armed conflicts. This Protocol is a significant progress regarding reproductive rights. Five years after its adoption, 27 states still have not ratified it.

Congo_Rep_Dem_carte.gif

Wednesday 22 April 2009

La RDC ratifie le Protocole sur les droits des femmes en Afrique!

Depuis le 9 février 2009, la République Démocratique du Congo a ratifié le Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits des femmes.

La RDC est le 26 ème Etat du continent à ratifier le Protocole à la CADHP relatif aux droits des femmes et le second Etat d'Afrique Centrale, après le Rwanda en 2004, à franchir ce pas significatif.

La campagne se félicite de cette avancée. Toutefois, il ne s'agit que d'une promesse qui devra par la suite être suivie d'effets. Les acteurs de la campagne "l'Afrique pour les droits des femmes" attendent maintenant des actions concrètes démontrant la volonté des autorités congolaises de respecter leurs engagements internationaux. Enfin, la campagne appelle la RDC à ratifier et respecter le Protocole à la Convention CEDAW qui permet aux femmes victimes de violations de leurs droits de déposer des plaintes devant un comité des Nations Unies.

A quoi sert ce Protocole ? Cette convention régionale, adoptée sous l'égide de l'Union Africaine à Maputo (Mozambique) en 2003 à la suite d’une lutte acharnée des organisations africaines de défense des droits des femmes, est entrée en vigueur en 2005. Ce texte oblige les Etats à garantir aux femmes leurs droits fondamentaux. Certains des droits et obligations énumérés sont particulièrement pertinents dans le contexte africain comme la prohibition des pratiques traditionnelles néfastes (excision, lévirat, sororat, mariage précoce, forcé...) ou l’obligation d’apporter une protection spécifique aux femmes dans les conflits armés. Ce Protocole représente par ailleurs une avancée considérable en matière de droits reproductifs. Cinq ans après son adoption, 27 Etats ne l'ont toujours pas ratifié.

Congo_Rep_Dem_carte.gif

Tuesday 21 April 2009

Une activiste des droits des femmes au Congo raconte son combat

Grace Lula, Ligue des Electeurs, une organisation de défense des droits de l'homme en République Démocratique du Congo (RDC), fait part de son expérience dans un pays où la lutte pour le respect des droits des femmes est souvent difficile, surtout lorsqu'on est une femme...

Grace_Lula.jpg

La Ligue des Electeurs est une des organisations chargées de relayer la campagne (points focaux) en RDC, aux côtés de l'ASADHO et du Groupe Lotus.

Qu'est ce que d'être une femme défenseure en RDC ? Quelles ont été les expériences les plus marquantes dans votre combat pour les droits des femmes ?

Pendant la période de transition présidentielle en RDC, avant que Mobutu quitte le pouvoir, losque je travaillais à la Direction femme de la Ligue des Electeurs (LE), j'ai été enlevée par des hommes de la Direction Spéciale Présidentielle (DSP). J'avais été repérée par la DSP lors d'une conférence que j'animais dans le cadre d'une étude universitaire avec la jeunesse de Kinshasa qui avait mobilisé beaucoup d'étudiants. J'étais seule au bureau tôt le matin lorsque j'ai reçu la visite d'hommes en uniforme qui m'ont emmenée dans une voiture suivie d'un minibus rempli de militaires. Ils m'ont conduite jusqu'à un domicile privé appartenant à la famille de Mobutu où ils m'ont sequestrée pendant 8h. L'opération était elle-même conduite par un neveu de Mobutu. Ils m'ont torturée, volée et fait subir un interrogatoire. Ils m'ont dit qu'ils voulaient faire de moi « leur femme pour une nuit » et ils m'ont menacée de me tuer en me plaquant un revolver sur la tempe. Ils voulaient que je signe un document selon lequel le matériel utilisé par la Ligue des Electeurs avait été offert par Mobutu et ils exigeaient que nous leur rendions parce que notre organisation n'avait pas suivit les injonctions du Président. Je n'ai jamais voulu signer ce document mensonger. Notre matériel nous a été offert par les Etats Unis et non par le gouvernement congolais. Ils m'ont tabassée mais je n'ai pas cédé. Je saignais, j'avais mal partout. Lorsqu'ils ont compris qu'ils n'arriveraient à rien avec moi, et qu'ils se sont aperçus que la presse avait été informée, ils m'ont conduite sous escorte jusqu'au domicile de du président de la LE, où ils m'ont relâchée.

Pourquoi vous êtes vous engagée dans la campagne « l'Afrique pour les droits des femmes »?

Quand vous avez subi un tel choc, vous devenez encore plus efficace, plus mobilisée pour lutter pour les droits des femmes. Après cet épisode, j'avais l'impression qu'on m'avait injecté une force supplémentaire pour lutter. Je me suis alors mise au four et au moulin pour parler de la cause des femmes. Je viens d'effectuer une mission de deux semaines pour le mois de la femme, et je me suis lancée à bras le corps das cette campagne avec mes collègues de l'ASADHO et du Groupe Lotus.

Quelles sont d'après vous les luttes prioritaires à mener en RDC pour les droits des femmes?

L'une des luttes prioritaires en RDC est la lutte contre les violences sexuelles que nous subissons depuis que la guerre a embrasé le pays. La guerre est terminée mais elle continue sur le corps des femmes, qui est devenu un champ de bataille. Les violences sexuelles sont devenues comme une culture, même dans les régions qui n'ont pas connu de guerre. Nous devons lutter pour le droit à l'intégrité physique de la femme, pour leur droit à être traitées comme des êtres humains. Nous voulons que la loi sur les violences sexuelles qui a été adoptée en 2006 soit appliquée et que toutes les autorités, à tous les niveaux s'impliquent pour qu'elle soit respectée.

Si vous aviez l'occasion de rencontrer Joseph Kabila, le Président de votre pays, quelles seraient vos revendications principales en tant que présidente de la Ligue des Electeurs et en tant que femme citoyenne de RDC ?

Je vais rencontrer le Président Kabila la semaine prochaine et je compte lui parler de la campagne « l'Afrique pour les droits des femmes »!

Si vous pouviez changer une seule chose (une loi, une politique, une pratique...) pour les femmes dans votre pays, laquelle serait elle ?

Nous effectuons beaucoup d'actions de lobbying et plaidoyer pour changer la législation relative aux droits des femmes en RDC, mais si il fallait choisir une loi, ce serait le Code de la famille parce que nous travaillons sur ce dossier depuis maintenant 5 ans, et rien ne se passe au niveau du législateur. Ce code est très discriminatoire pour les femmes: elles sont considérées comme des mineures au même titre que leurs enfants, elles ont besoin de l'autorisation de leur mari pour chercher du travail, et à chaque fois qu'il s'agit de leur autodétermination. C'est un poids très lourd pour beaucoup de femmes. L'homme congolais ne veut pas laisser de liberté à la femme, par orgueil ou complexe d'inferiorité, je ne sais pas. Nous menons également un combat depuis les dernières élections pour changer la loi éléctorale qui est discriminatoire, pour que le système électoral permettre la victoire des femmes. En RDC, on parle beaucoup de « gender », la parité est institutionnalisée, mais dans la pratique il ne se passe rien.

Monday 23 March 2009

8 mars - RDC: Les ONG congolaises agissent pour les droits des femmes

Contribution de Grace Lula, Ligue des élécteurs et LIFDED

Le lancement de la campagne à Kinshasa

Le 8 Mars est officiellement, depuis 1975, la journée internationale de la femme. Tous les ans, les représentantes des plates-formes et des organisations non gouvernementales (ONG) de femmes marchent pour revendiquer plus de droits pour les femmes tandis que les gouvernements et les médias soulignent les avancées ou le recul de la cause des femmes dans leur pays. Le 8 Mars est l'occasion pour de nombreuses organisations de déplorer à haute voix les inégalités qui pèsent encore largement sur la moitié du genre humain et cela à travers le monde entier.

En République Démocratique du Congo (RDC), depuis quelques années, la commémoration de la journée internationale de la femme prend de plus en plus une ampleur sans précédent. Les femmes, les jeunes filles et les fillettes organisent des défilés, des marches, des journées de réflexion, des campagnes de sensibilisation, des ateliers et sessions de formation sur des questions relatives aux droits de la femme, aux violences qu’elle subit… Au sein des écoles et des églises, la mobilisation est totale. Dorénavant, ceci n’est plus seulement l’affaire des plates-formes et ONG de femmes, ça devient l'affaire de tous.!

La Ligue des Electeurs, à travers son programme Forum Femme et Démocratie, n’est pas restée les bras croisés. Elle a commencé le travail de terrain avant le 8 mars compte tenu de la disponibilité des uns et des autres.

- le 5 Mars au sein de l’Institut Bambou, une matinée d’information a été organisée à l’intention des élèves de 4ème, 5ème et 6ème des humanités. Au moins 600 élèves ont pris part à cette activité dans l’enceinte de l’Eglise « Cœur Immaculé de Marie » à Masina Petro-Congo. Le corps professoral était représenté par une quinzaine d’enseignants (hommes et femmes). Mmes Grâce LULA et Pélagie MAKIEDIKA membres du Forum Femme et Démocratie de la Ligue des Electeurs et responsables de la campagne pour la réalisation des droits des femmes en Afrique ainsi que Mme Denise KASELA de la LIFDED ont tour à tour entretenu les élèves et leurs enseignants.

LE_8_mars.jpg

- Dimanche 8 mars 2009, les membres de la Ligue des Electeurs (Forum Femme et Démocratie), les membres de l’ASADHO (Direction femme), les membres de Cause Rurale et les membres de la LIFDED ont prit part au défilé organisé par le Ministère du Genre, Famille et Enfants à l’occasion de la commémoration de la journée du 8 mars. Elles ont toutes défilé sous la houlette de la plate forme RAF (réseau action femme) dont elles sont membres. Elles ont à cet effet préparé des banderoles aussi bien pour la journée internationale de la femme que pour la campagne pour la réalisation des droits des femmes en Afrique ("L'Afrique pour les droits des femmes").

LE_8_mars_2.jpg

- Mercredi le 11 mars 2009, de 8h30 à 10h30, Mme Grâce LULA a animé une séance de sensibilisation et d’information au lycée Motema MPIKO à l’intention de 350 élèves et quelques professeurs.

- Samedi 14 mars, deux activités ont tour à tour eu lieu : de 7 heures à 9h30 à l’église Corps de Christ au Congo à l’intention de 45 femmes. De 10h à 13h30, une seconde activité a eu lieu au sein du centre Père Damien. La participation a été évaluée à 375 participants. Mme Grâce LULA et Denise KASELA sont intervenues.

- Samedi 21 mars 2009, une séance d’information a été organisée au sein de l’église Pentecôtiste de la victoire à N’djili de 15h à 18h à l’intention des fidèles de cette église, particulièrement des femmes et des jeunes filles. Le public était évalué à plus de 1000 personnes (hommes et femmes). Mmes Grâce LULA et Pélagie MAKIEDIKA se sont tour à tour relayées pour s'entretenir avec les fidèles de cette église.

- Du 24 au 30 mars 2009, Mmes Grâce LULA et Denise KASELA organisent avec la LIFDED et le noyau provincial de la Ligue des Electeurs dans la ville de Kikwit en province de Bandundu une série d’activités en rapport avec la fin du mois de la femme. Les thèmes abordés seront : L’historique (Genèse) de la commémoration de la journée du 8 mars, le thème international de cette année pour la commémoration de la journée du 8 mars et du mois de la femme : « Hommes et femmes, unis dans la lutte contre les violences faites à la femme », le thème national de la journée du 8 mars de cette année : «  Leadership agissant des femmes dans la lutte contre le VIH/SIDA » et enfin le thème de la campagne pour les droits des femmes en Afrique : L’Afrique pour les Droits des Femmes : Ratifier et Respecter !

Kinshasa, 21 mars 2009

Contribution du Groupe LOTUS

Le lancement de la campagne à Kisangani :

La Campagne pour les droits des femmes en Afrique « Ratifier et Respecter » a connu trois temps forts durant le mois de mars dans la ville de Kisangani :

Notre participation au défilé organisé par le Ministère en charge du Genre, Famille et Enfants où nous avons distribué la Déclaration de la Campagne, en vue d’assurer une sensibilisation effective des femmes sur le contenu de cette déclaration.

Defile_du_8_mars.jpg

Organisation d’une Conférence-débat avec les femmes de la Société civile: Travaillant en synergie avec les autres associations de la Société civile de Kisangani qui militent pour la cause de la Femme, nous avons organisé une Conférence-débat dans la Salle de Gradi-Jeune de la Commune Makiso à Kisangani. Au cours de cette activité, nous avons mis l’accent sur le respect par l’Etat congolais de la CEDAW en appelant notamment les pouvoirs publics de la RDCongo à conformer les lois de la République aux dispositions pertinentes de cette convention. Les lois congolaises doivent donc s’inscrire véritablement dans la logique de l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard de la femme.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La RDC doit harmoniser ses lois, modifier ses schémas socioculturels et les préjugés discriminatoires

En dépit du principe de l’égalité de sexe prôné par les instruments juridiques internationaux auxquels la RDC a souscrit, (Déclaration universelle des droits de l’Homme, Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples, CEDAW), et par les instruments juridiques nationaux (Constitution du 18 février 2006, Code du Travail, Code de la Famille, loi du 9 mars 2006 sur l’organisation des élections en RDC), de nombreuses restrictions à l’exercice des droits de la femme persistent au risque de mettre en péril l’égalité consacrée.

Il s’avère donc impérieux que l’Etat congolais harmonise ses lois. A notre sens, cette harmonisation devra se baser sur : la capacité juridique de la femme mariée ; la reconnaissance des avantages sociaux à l’égard des femmes mariées travailleuses (allocations familiales, soins de santé, indemnités de logement) ; le droit de contracter en faveur d’une femme enceinte ; la reconnaissance de l’adultère de l’homme.

Pour manifester leur soutien à la Campagne pour les droits des femmes en Afrique, plusieurs femmes ont signé la Déclaration de campagne à l’issue de cette activité qui a regroupé plus d’une centaine des femmes de la Société civile congolaise.

Conference-debat_1.JPG

Animation des émissions radiodiffusées sur les droits des femmes: trois émissions de radio ont été organisées dont une sur la chaîne de la radio officielle, la Radio télévision nationale congolaise - antenne de Kisangani. L’historique de la journée du 8 mars, la nécessité de s’imprégner de ses droits en tant que femme et l’obligation de l’Etat congolais de respecter et promouvoir les droits des femmes dans l’arsenal juridique congolais, ont été les thèmes centraux de toutes ces émissions.

Monday 9 March 2009

La RDC doit réformer son droit discriminatoire et mettre fin à l'impunité pour les crimes sexuels

En République démocratique du Congo, les violences sexuelles continuent d’être commises à grande échelle dans les zones de conflits, mais également dans les régions relativement stables et ce, en toute impunité. Malgré l’adoption en 2006 de deux lois sur les violences faites aux femmes, le gouvernement n’a pas pris les mesures nécessaires pour assurer leur application. Bien que l’accès des femmes à la justice soit prévu par la loi, l’exercice de ce droit reste limité dans les faits par l’analphabétisme, les frais de justice, le manque d’information et l’absence de toute aide. Cette situation entraîne une culture de l’impunité favorable à l’expansion de ces violences. Par ailleurs, de nombreuses lois demeurent profondément discriminatoires à l’égard des femmes, notamment des dispositions du Code de la famille, du Code de travail, et du Code pénal. Enfin, le gouvernement de la RDC ne prend que faiblement en compte les problèmes des femmes dans ses programmes de reconstruction du pays, notamment concernant leur accès aux services de santé et de soins obstétriques, à l’eau potable, à l’éducation, à la prise de décision et au système judiciaire.

La campagne appelle les autorités de RDC à :

Ratifier le Protocole à la Charte africaine, et le Protocole à la CEDAW;

Prendre des mesures législatives pour mettre fin aux discriminations envers les femmes, combler les lacunes, et corriger les dispositions législatives ambiguës qui empêchent les femmes de jouir de leurs droits;

Supprimer les obstacles qui entravent l’accès des femmes à la justice;

Arrêter et condamner les auteurs de violences à l’égard des femmes;

Garantir un meilleur accès des femmes à l’éducation et aux services de santé,