La Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH) saisit la journée du 08 Mars pour dénoncer plus que jamais les nombreuses atteintes aux droits des femmes au Sénégal dont les plus phénoménales demeurent incontestablement les atteintes à la vie, les atteintes à l’intégrité corporelle, les agressions sexuelles et toutes sortes de violations psychologiques et morales.

La Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH) fustige plus particulièrement les viols perpétrés sur des jeunes filles, les cas d’inceste, causes de traumatismes non prises en charge par la société et les mariages précoces compromettant irrémédiablement les ambitions scolaires des jeunes filles prédisposées à des études poussées.

La Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH) appelle en fin à l’harmonisation de notre droit positif notamment le Code de la Famille par rapport aux Conventions Internationales ratifiées par les autorités sénégalaises et singulièrement le Protocole Additionnel à la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples relatif aux droits des femmes en Afrique, ou Protocole de Maputo en vue d’une éradication définitive de toutes formes de discriminations subsistantes dans nos législations malgré les nombreuses avancées enregistrées ces dernières années.

CONTACT LSDH : Maitre Fatimata SALL, Avocate à la cour, Chargée de communication LSDH, +221 77 644 11 19