Depuis le 9 février 2009, la République Démocratique du Congo a ratifié le Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits des femmes.

La RDC est le 26 ème Etat du continent à ratifier le Protocole à la CADHP relatif aux droits des femmes et le second Etat d'Afrique Centrale, après le Rwanda en 2004, à franchir ce pas significatif.

La campagne se félicite de cette avancée. Toutefois, il ne s'agit que d'une promesse qui devra par la suite être suivie d'effets. Les acteurs de la campagne "l'Afrique pour les droits des femmes" attendent maintenant des actions concrètes démontrant la volonté des autorités congolaises de respecter leurs engagements internationaux. Enfin, la campagne appelle la RDC à ratifier et respecter le Protocole à la Convention CEDAW qui permet aux femmes victimes de violations de leurs droits de déposer des plaintes devant un comité des Nations Unies.

A quoi sert ce Protocole ? Cette convention régionale, adoptée sous l'égide de l'Union Africaine à Maputo (Mozambique) en 2003 à la suite d’une lutte acharnée des organisations africaines de défense des droits des femmes, est entrée en vigueur en 2005. Ce texte oblige les Etats à garantir aux femmes leurs droits fondamentaux. Certains des droits et obligations énumérés sont particulièrement pertinents dans le contexte africain comme la prohibition des pratiques traditionnelles néfastes (excision, lévirat, sororat, mariage précoce, forcé...) ou l’obligation d’apporter une protection spécifique aux femmes dans les conflits armés. Ce Protocole représente par ailleurs une avancée considérable en matière de droits reproductifs. Cinq ans après son adoption, 27 Etats ne l'ont toujours pas ratifié.

Congo_Rep_Dem_carte.gif